• Actualités

Du Liban où il réside, Mgr Casmoussa reste proche des irakiens

Prêtre, fondateur d’une communauté, archevêque, auxiliaire patriarcal, penseur, écrivain, journaliste, directeur d’un journal, parfait polyglotte, Mgr Georges Casmoussa a voyagé sur les cinq continents, approché grand nombre de personnalités, traversé des coups d’état et des guerres, vécu une occupation et frôlé la mort une nuit de janvier 2005 à Mossoul (Irak). Un parcours extraordinaire lié aux événements qui ont fait non seulement l’histoire de l’Irak, mais celle du Moyen-Orient et du monde. En témoin obstiné, la foi chevillée au cœur, il a raconté sa vie dans son livre “Jusqu’au bout”, Prix de l’Œuvre d’Orient 2012.

Alors qu’il réside au Liban depuis  3 ans, nous lui avons demandé de nous parler de noël.

“Pour la deuxième année que je suis au Liban, j’ai prévu de passer Noël à Mossoul même: pour honorer ceux que j’appelle les “résistants”, c.a.d. les prêtres et les fidèles qui continuent de vivre dans cette ville malgré l’ambiance infernale des explosions, des voitures piégées, des enlèvements et chasse aux chrétiens qui a pousse les 2/3 des Chrétiens à s’expulser de la ville.

Ce qui me frappe à chaque Noël, c’est la joie et la foi de ces pauvres gens qui parsèment la nef centrale des églises, et qui trouvent encore l’optimisme contagieux pour se serrer mutuellement les mains et se dire: “Noel Benit” (Milad Mbarak). Ma présence parmi eux est toujours perçue comme une grâce et un honneur.

Il l’est certainement pour moi, et par là je voudrais dire aux prêtres de Mossoul avec leurs chammas sous-diacres : Merci et Courage!”

+ Basilios Georges Casmoussa Archevêque émérite de Mossoul Auxiliaire patriarcal