• Actualités

"Il faut résister à la tentation d’envisager ce qui se passe au Proche-Orient comme un conflit entre chrétiens et musulmans"

A l’occasion de l’assemblée plénière des évêques de France à Lourdes, Mgr Gollnisch a mis en garde les journalistes contre la tentation d’envisager ce qui se passe au Proche-Orient comme un conflit entre chrétiens et musulmans.

Selon lui, il faut distinguer dans les difficultés que rencontrent les chrétiens en Orient :

  • les difficultés qui sont dues à des sociétés à majorité musulmanes, qui ont du mal à prendre en compte toutes leurs minorités, pas simplement les chrétiens, et qui ont du mal à accepter de faire des chrétiens des citoyens à part entière, créant donc un risque de marginalisation, de faire des chrétiens des citoyens de deuxième ordre.
  • et le djihadisme qui se saisit de toutes les tensions de la région quelles qu’elles soient pour en faire un combat islamiste-extrémiste pour essayer de faire un “grand califat islamiste, allant de l’Atlantique jusqu’en Inde”.

Mais malgré ces difficultés, « dans cette région, il est tout à fait hors de réalité d’imaginer un conflit entre musulmans et chrétiens, a-t-il expliqué. Avec une grosse partie de la population musulmane, les chrétiens ont la volonté de construire un pays – leur pays – vers la modernité. Il y a des tensions et l’islamisme politique surfe sur ces tensions, mais il est rejeté par la majorité des peuples arabes. » et il y a déjà beaucoup de lieux où des chrétiens et des musulmans se retrouvent pour que leur pays avance ensemble vers plus de modernité vers plus de citoyenneté pour chacun. “Nous devons encourager cela”.

  • Éviter les caricatures

Face à la complexité de la situation sur place, Mgr Gollnisch a donc exhorté à ne pas se satisfaire de « caricatures », se félicitant également de la proximité des chrétiens de France vis-à-vis des chrétiens d’Orient. « Il n’y a pas un évêque qui ne m’en parle pas », a-t-il expliqué, témoignant de « proximité des catholiques français vis-à-vis des chrétiens d’Orient par la prière et la générosité ».

 

Selon lui, les différents organismes d’Église de France ont ainsi versé environ 10 millions d’euros d’aide d’urgence à la Syrie.

Grâce à ces donateurs, l’Œuvre d’Orient a versé depuis le début du conflit pour la Syrie et pour les réfugiés syriens plus de 3 millions d’euros.