• Actualités

Irak : trois jours de jeûne avant Noël pour demander le retour des réfugiés dans leurs maisons

« En ce temps de l’Avent nous nous préparons à Noël par le jeûne, la prière, la pénitence et les œuvres de charité. Cette année nous vivons surtout ici et maintenant dans l’attente de Sa venue dans nos vies et dans nos maisons, alors que notre pays traverse des circonstances tragiques et douloureuses ».
C’est pourquoi le Patriarche demande « à tous les fils et à toutes les filles » de l’Église chaldéenne de pratiquer un jeûne strict du 22 jusqu’au soir du 24 décembre, pour invoquer du Seigneur le don de la libération de Mossoul et de la plaine de Ninive afin que tous les réfugiés puissent « retourner chez eux, à leur travail et à leurs écoles dans la sécurité ». Dans son message, il se déclare certain du fait que « le Christ écoutera nos prières », et cite les paroles de Jésus reprises par l’Evangile selon Saint Matthieu : « Quant à cette espèce (de démons) on ne la fait sortir que par la prière et par le jeûne » (Mt 17,21).
En outre, le Patriarche chaldéen suggère aux chrétiens de ne pas organiser de fêtes avec musique et danses à l’occasion de Noël et du Nouvel An. Il invite plutôt tout un chacun à soutenir des initiatives de solidarités concrètes s’adressant aux frères qui se trouvent dans l’urgence. « J’ai pu voir de mes yeux leur lourde et douloureuse croix » ajoute le Patriarche, faisant référence également à sa récente visite aux évacués ayant trouvé refuge dans la ville d’Amadiya. Il invite tout un chacun à aider et conforter ceux qui vivent dans des situations d’urgence similaires et à ne pas dépenser d’énergie et de ressources pour organiser des « concerts bruyants ».[…]

“Je vous remercie vivement pour l’aide économique  et le support, moral et spirituel que Vous et l’Œuvre d’Orient vous nous présentez”.

“Avec  mes sincères vœux de noël et du nouvel an avec beaucoup de grâces et de bonne santé et pour nous pauvres pécheurs un peu de paix et de stabilité.”

+ SB Louis Raphaël Sako

Source l’Œuvre d’orient et Fides