• Actualités

Le patrimoine oriental catholique à Paris : Saint-Volodymyr-le-Grand

La cathédrale Saint-Volodymyr-le-Grand est l’ancienne chapelle de l’Hôpital de la Charité, construite au XVIIe siècle l’emplacement d’une église du XIIIe siècle. Une fois achevée, elle est remise aux Frères de Saint-Jean de Dieu. A côté de l’édifice, les frères font construire un hôpital. La chapelle devient, avec la Révolution Française, un service hospitalier. En 1935, l’ancien hospice est détruit pour élever à la place une Faculté de médecine. Seule la chapelle est préservée, sa façade étant classé Monument historique. En 1943, elle devient la cathédrale ukrainienne Saint-Volodymyr-le-Grand, du nom du saint prince qui, en 988, fit baptiser son peuple de la « Rous » de Kiev, dans le Dniepr. L’iconostase actuelle est l’œuvre de l’artiste Omelian Mazuryk. Dans son travail, l’artiste a su en France montrer « l’essence même de la culture ukrainienne”.

  •  186 boulevard Saint-Germain. Paris 6e– Métro 4 – Saint-Germain-des-Prés

Le saviez-vous ?

Malgré le schisme de 1054, l’Église Gréco-catholique d’Ukraine reste un trait d’union entre Constantinople et Rome. Fondée en 1596, elle est unie à Rome. Supprimée par un « concile » convoqué par Staline en 1946, l’Église ne retrouve sa liberté qu’en 191. Sa liturgie est célébrée dans le rite byzantin.

Historique

En 1596, l’acte d’union de Brest-Litovsk établit la communion des diocèses d’Ukraine avec Rome tout en confirmant leur liturgie, leurs rites et leurs coutumes. C’est la fondation officielle de l’Église gréco-catholique d’Ukraine. Le Métropolite de Lviv, Andrey Sheptysky, grand précurseur du mouvement œcuménique, est emprisonné par les Russes de 1914 à 1917. Son successeur, S.B.E. le cardinal Josyf Slipyj et tous les évêques ukrainiens sont arrêtés en 1945.En 1946, un pseudo-synode convoqué par Staline, auquel ne participe aucun évêque catholique, prononce la liquidation de l’Église gréco-catholique. 3000 églises et 150 monastères sont confisqués ; ses évêques, prêtres et fidèles sont condamnés à l’exil ou à la clandestinité. En 1963, l’URSS expulse le cardinal Josyf Slipyj. A partir de 1980, Jean-Paul II réunit à Rome les évêques ukrainiens, orthodoxes et catholiques, malgré la protestation du patriarcat moscovite (l’Ukraine lui fournit 90% de ses séminaristes et la majeure partie de ses revenus). En 1991, S.B. le cardinal Myroslav Lubachivsky, archevêque majeur, rentre en Ukraine. La cathédrale de Lviv est rendue aux gréco-catholiques ainsi que 900 des églises attribuées par Staline aux orthodoxes ou fermées.

 

Le 21 août 2005, le siège est officiellement transféré de Lviv à Kiev, la capitale.

L’Église compte environ 8 millions de fidèles en Ukraine et en diaspora.