• Actualités

L’engagement de Jean-Paul II pour le Liban

Quand, en octobre 1978, après son élection, [Jean Paul II] est sorti saluer la foule sur la place Saint-Pierre – et bien sûr, à l’époque, les calicots et banderoles étaient défendus -, un calicot est apparu subitement, sur lequel était écrit :

Saint-Père, sauvez le Liban !” avant d’être prestement escamoté.

Et, a dit le Saint-Père, cela lui est entré au cœur “comme un dard“.

À la fin des festivités, après avoir salué tout le monde, il est rentré s’agenouiller devant le Saint-Sacrement et a demandé à Jésus, présent dans l’Eucharistie, “assez de vie pour pouvoir sauver le Liban ».

Et voilà comment un simple geste peut imperceptiblement infléchir le cours de l’histoire !

Dès 1978, Jean-Paul II avait déjà fixé pour objectif à la diplomatie vaticane d’empêcher l’éclatement du Liban.

Et Dieu a non seulement donné assez de vie à Jean-Paul II pour « sauver le Liban », qu’il a sauvé lors de l’attentat du 13 mai 1981, pour lui permettre d’achever la mission particulière qu’il s’était assignée et qui, naturellement, s’insère dans une trame globale aux dimensions du monde.

par Fady Noun Source ZENIT

Cliquez sur ZENIT pour lire la suite de l’article