• Actualités

Les chrétiens d'Irak au coeur des préoccupations du Pape François et du Patriarche syro-catholique

Dimanche 20 juillet, lors de l’Angélus le Saint Père a tenu à ” exprimer [sa] proximité et [sa] prière   constante. Très chers frères et sœurs si persécutés, je sais combien vous   souffrez, je sais que vous êtes dépouillés de tout. Je suis avec vous dans la foi en celui qui a vaincu le mal ! ” et a appelé à prier ” Que le Dieu de la paix suscite chez tous un authentique désir de dialogue et   de réconciliation. La violence ne se gagne pas par la violence. La violence   se gagne par la paix! Prions en silence en demandant la paix, tous. Marie,   reine de la paix, prie pour nous!”.

Le pape François a appelé le patriarche Ignace III  pour l’assurer de son soutien.

Courrier du patriarche adressé à l’Œuvre d’Orient :

Aujourd’hui, dimanche après-midi, le Saint-Père, Pape François, a tenu à appeler au téléphone S.B. le Patriarche Ignace Youssef III Younan, Patriarche de l’Église Syriaque Catholique, pour l’assurer qu’il suivait de près et avec anxiété la situation dramatique des chrétiens chassés de Mossoul et menacés dans leur vie. La conversation a duré 9 minutes, pendant laquelle, le patriarche Younan a remercié le Pape François et l’a prié d’intensifier les efforts auprès des puissants de ce monde, pour les mettre en garde que c’est bien une épuration de masse sur base religieuse qui est en cours dans la province de Ninive. Quelle honte !

Le patriarche syro-catholique Ignace Joseph III Younan, accompagné de son auxiliaire Mgr Georges Casmoussa et de l’archevêque de Bagdad, Mgr Youssif Abba, avaient eu le jour précédent une audience précipitée à la Secrétairerie d’État. S.B. a tenu à rencontrer Mgr Dominique Mamberti, chef du dicastère des relations avec les États, pour lui exposer la situation terrible des chrétiens à Mossoul et  dans les localités chrétiennes voisines. Il lui a aussi proposé de convoquer le corps diplomatique accrédité auprès du Saint-Siège, afin d’intervenir auprès de leurs gouvernements respectifs,  leur rappelant qu’une épuration sur base de religion est en cours dans la ville de Mossoul et localités des environs…

D’ailleurs, les bombes continuaient à s’abattre sur les quartiers civils d’Alep, la deuxième grande ville de la Syrie. La cathédrale syro-catholique, Notre-Dame de l’Assomption fut touchée à plein fouet, le vendredi 11 juillet. Trois jours après, ce fut le tour de l’évêché qui fut criblée de bombes détruisant à moitié cette belle bâtisse.