• Actualités

Les chrétiens en Orient ne sont pas des "malades moribonds" dont on se demande si le cœur bat encore

Réunis en assemblée plénière à Lourdes jusqu’à dimanche midi, les évêques de France ont redit leur souci des chrétiens d’Orient, en Syrie ou au Moyen-Orient. “Nos cœurs de pasteurs ne sont pas insensibles” a dit Mgr Pontier en ouvrant cette assemblée.

Ils ont travaillé samedi 9 novembre sur la question des chrétiens d’Orient, notamment en Syrie, à partir d’une intervention de Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’œuvre d’Orient qui a tenu à souligner trois points :

  • “Les chrétiens en Orient ne sont pas que “un malade moribond dont on se demande si le cœur bat encore” : ce sont des Églises qui ont une grande Foi, qui ont des fidèles extrêmement fervents, qui ont une pastorale, une Mission. Il faut poser leur présence en terme de mission, comme Benoit XVI leur a demandé lors du dernier synode pour le Moyen-Orient, et comme cela est précisé dans l’exhortation apostolique qu’il leur a donné.”
  • “Si les chrétiens ne restaient pas dans ces pays, un élément de médiation, un élément de culture, de formation, d’ouverture, de reconnaissance de chacun, disparaitrait. Ça irait vers des violences internes à ces différents pays. Par conséquent la présence des chrétiens est essentielles.”
  • “Ces chrétiens d’Orient aiment la France. Et ils attendent de la France une véritable proximité de l’Église de France et de la République Française”.

Retrouvez les propos de Mgr Gollnisch sur KTO :

Retrouvez toute l’actualité sur les chrétiens d’Orient