• Actualités

[LIBAN] Le témoignage d'Albane : "C’est un pays du Christ et nous pouvons le ressentir."

Albane, 24 ans, éducatrice spécialisée et volontaire pour l’année scolaire auprès des orphelins du Centre saint-Charbel de Baabdat.


Voilà, mes premiers 15 jours de mission s’achèvent.

Par où commencer … les premiers instants à Beyrouth par exemple, une fois sortis de l’aéroport et récupérées par sœur Rachidé (la directrice du centre) et son incroyable sourire nous voilà comme des enfants devant des nouvelles personnes : les klaxons, les bâtiments anciens, nouveaux, délabrés, la langue, les récits de la sœur sur le centre que nous allons découvrir et le contexte actuel du Liban.

Puis l’arrivée au centre, la rencontre avec l’équipe, deux jeunes qui sont restés pour le week-end et la découverte de la belle ville de Baabdat dans les montagnes.

Le lendemain c’est la rencontre de 40 enfants de 4 à 15 ans qui parlent essentiellement libanais/arabe. Le cerveau tourne à mille à l’heure, à ce moment-là on se regarde avec Constance : que l’aventure commence !

Ces 15 jours ont été synonymes de rencontre, découverte et humilité.

En effet, malgré mes expériences d’éducatrice spécialisée en France, je suis constamment en train d’apprendre de nouvelles choses. Chaque enfant du centre accueilli vit des difficultés dans son schéma ou contexte familial et parfois de vie du fait de la pauvreté de certains parents. Le centre Saint Charbel a pour objectif de leur permettre d’accéder à un environnement sécurisant, éducatif et le plus adapté possible pour qu’ils puissent suivre une scolarité. Notre mission avec Constance sera de les accompagner au quotidien et les soutenir dans leurs scolarités notamment en français.

Je suis impressionnée par l’énergie et l’engagement de sœur Rachidé pour mener à bien cette mission.

 

Aujourd’hui, après 15 jours de mission, je peux dire que les enfants commencent à nous apprivoiser et vice versa. La barrière de la langue n’a pas toujours été simple, notamment pour les plus jeunes. Mais rapidement je me suis équipé d’une petite feuille et d’un crayon pour noter les mots importants au grand plaisir des enfants : le premier lien était fait. Chacun d’entre eux ont une joie de vivre formidable, ils sont tous différents les uns des autres mais ils s’apportent tellement. Chaque moment passé avec eux est unique : les cours de français, les temps de prière, les discussions avant de se coucher des grands qui se débrouille très bien en Français, les jeux traduits en partie en français/libanais/anglais, les petits qui se donnent du mal pour se faire comprendre en français et partager des moments d’activités, de détente, d’échange.

Ma boîte à outils d’éducatrice spécialisée commence à se mettre en place. Nous avons de belles idées avec Constance pour contribuer à l’accompagnement des jeunes au plus proche de leur besoin et pour créer du lien entre eux.

La réalité du contexte du Liban a été très frappante : oui, la crise est bien quotidienne. Il y a des coupures d’électricité plusieurs fois par jours, le dollar qui monte en permanence, les prix qui grimpent, la queue pour prendre de l’essence, certains parents qui ne peuvent plus acheter les manuels scolaires, ou même du lait pour leur nouveau-né … Alors l’adaptation est le maître mot : lampe torche, jeux d’ombre, on revisite les plats et on évite la viande, préparation d’un goûter avant d’aller faire la queue pour l’essence …

Le fait de vivre, d’assister, aux difficultés que rencontrent les Libanais me fait une sorte d’électrochoc. Nous sommes bien loin de notre quotidien français, j’en viens à la frustration d’être si démuni face à tout cela, d’être si petite … On se laisse aller, on s’adapte et naturellement on agit, le don de soi est d’autant plus fort.

Durant ces 15 jours j’ai été très observatrice de ce pays où les religions sont vécues et ont une place bien différente de la France. Malgré mes petites documentations grâce aux supports de L’Œuvre d’Orient notre curiosité ne cesse de grandir sur la façon dont sont vécues les religions pour chacun des citoyens libanais. C’est quelque chose de très fort ici et même fascinant, c’est un pays du Christ et nous pouvons le ressentir. C’est sans compter la visite du tombeau de St Charbel de ce week-end, qui nous a permis d’autant plus de comprendre le rôle qu’il a eu et ce qu’il représente pour le Liban et le monde entier.

Il y a aussi cet incroyable environnement qu’est le Liban, passer de la mer à la montagne en moins de 10 mn, de la baignade à la randonnée, d’un paysage à un autre. Nous avons la sensation d’avoir traversé plusieurs pays tellement les paysages sont déroutants et différents.

A l’écriture de ce rapport je réalise combien ce que nous vivons est intense, combien nous vivons des instants uniques, alors faire le tri et rédiger l’essentiel n’est pas évident. Pour finir ce rapport, je souhaite évoquer l’accueil des libanais. Si chaleureux, bienveillant et sincère. Une dame de Baabdat est gentiment venue nous offrir des bracelets à la messe en apprenant notre présence en volontariat. C’est un exemple d’accueil parmi beaucoup que nous avons pu vivre en seulement 15 jours.

Je souhaite remercier sœur Rachidé, l’équipe, les enfants mais aussi l’Œuvre d’Orient de me permettre de m’investir et me donner dans cette belle mission. Aujourd’hui je suis conforté dans l’idée qu’il est unique pour moi de pouvoir mettre à profit ma formation d’éducatrice spécialisée de façon volontaire. Je suis une personne passionnée par mon métier, caractérielle et déterminée mais je peux sentir que quelque chose va évoluer grâce à cette mission.

 

« Écoutez pour entendre. Humiliez-vous pour comprendre.  Croyez et ayez courage pour témoigner. Aimez pour vous sanctifier.”

Saint Charbel

«– Que faut-il faire pour t’apprivoiser ?

– Il faut être très patient, répondit le renard. Tu t’assoiras d’abord un peu loin de moi, comme ça, dans l’herbe. Je te regarderai du coin de l’œil et tu ne diras rien. Le langage est source de malentendus. Mais, chaque jour, tu pourras t’asseoir un peu plus près… »

De Antoine de Saint-Exupéry / Le petit prince