• Actualités

"Puisse ce moment douloureux nous rapprocher des chrétiens d'Orient" Mgr Pascal Gollnisch

Chers amis,

Le monde entier subit l’épidémie du coronavirus.

L’Œuvre d’Orient continue au sa mission service de tous

Nos bureaux du 20 rue du Regard sont fermés, mais l’ensemble des salariés et bénévoles du siège sont connectés en télétravail. Depuis Paris ou en région, l’activité continue, les projets sont en cours de traitement, les enseignements pour les personnes réfugiées se font en visio-conférence, notre service Donateurs est mobilisé à votre écoute … Je salue l’innovation dont font preuve mes collaborateurs pour poursuivre leur mission.
Ces dernières semaines, nous avons réorganisé la mission des volontaires. Sur nos 50 volontaires, la majorité est rentrée, notamment ceux qui étaient en mission de courte durée. Quelques-uns, parce que c’était leur choix, sont restés sur place, confinés, pour continuer leur action au service de la population au sein des communautés religieuses.

Une crise mondiale qui nous rapproche et nous invite plus que jamais à prendre soin les uns des autres

Si nous avons tous des inquiétudes pour nous-mêmes et pour nos proches, nous restons plus que jamais concentrés pour continuer notre mission au service des chrétiens d’Orient.
Car, déjà éprouvés par les guerres en Irak et en Syrie, les chrétiens d’Orient sont eux aussi victimes de ce fléau. Pour eux il s’agit d’une crise dans la crise. Et je reçois de leur part de nombreux messages de soutien.
Nous ne savons pas combien de personnes sont atteintes, combien sont décédées, ni quelle sera la durée de cette crise.
Cela suppose une adaptation de notre aide face à cet imprévu et donc une bonne capacité d’analyse pour prendre la mesure de cette pandémie mondiale. Nous avons besoin de prendre du recul sur ce que nous faisons.

Une crise spirituelle

Pour les croyants, cette période est une opportunité pour vivre une proximité plus grande avec le Christ, le soignant qui n’avait pas peur d’approcher les lépreux.
Car en définitive cette crise aura également des répercussions spirituelles. Nombre de nos concitoyens sont placés face à l’essentiel de leur vie et ce qui lui donne du sens. Les fidèles sont, bien sûr, engagés dans la prière, en communion avec le Pape et les évêques, mais le jeun sacramentel, qui peut nous faire souffrir, nous conduit à approfondir notre vie spirituelle.
Cette période de confinement nous invite à reprendre une vie de prière faite d’espérance.
Puisse ce temps douloureux nous rapprocher de vous, nous rapprocher des chrétiens d’Orient.
C’est pourquoi nous continuerons à vous informer sur l’actualité de nos projets au Moyen-Orient,

Mgr Pascal Gollnisch,
Directeur général de l’Œuvre d’Orient