• Actualités

Que ta lumière en nous ne cède jamais la place aux ténèbres, Mgr Laham

Ma première messe en Jordanie ce dimanche, a été pour les victimes des attaques à Paris le vendredi 13 novembre dernier.

Grand Messe célébrée par Mgr Laham en l’église de Notre-Dame de Nazareth à Amman.La communauté française, rassemblée autour de M. l’Ambassadeur, dans la petite église de Swefieh, s’est retrouvée pour un beau moment de recueillement autour de l’eucharistie. La célébration a débuté avec les mots du Pape François au lendemain des attentats parisiens. Quelques phrases empreintes de profonde peine et du soutien de sa Sainteté pour la France, France rappelée à son statut de Fille de l’Église.OK

L’Homélie, dite par Monseigneur Laham, a offert à tous les fidèles de pouvoir mettre des mots sur les sentiments dont nous avons été les instruments face aux horreurs de l’État Islamique vendredi soir. « Il y a des circonstances où les paroles ne suffisent pas, car elles sont trop lentes. Il y a des circonstances où il suffit de garder le silence et de se tenir proche des personnes endeuillées. Cela doit être notre attitude ce soir. »

Le silence, c’est le silence qui était le plus présent lors de cette célébration, vécue comme un enterrement par tous ces français et amis de la France vêtus de noir.

« Nous vivons depuis quelques années un temps de violences, de terrorisme, d’immigration forcée, et même de persécutions. Et tout cela, malheureusement “au nom de Dieu”. Dernièrement les menaces sont arrivées en Europe et parmi toutes les persécutions qui existent, il s’est avéré – encore une fois – que les enfants des ténèbres sont plus forts que les enfants de la lumière comme le disait l’Évangile. Malgré ces derniers évènements, malgré la tristesse qui nous envahi et la douleur qui nous peine, il n’est pas permis de céder à la panique et à la haine. »

Ces paroles nous ont rappelées à notre devoir de Chrétien, un devoir de paix et d’amour même dans les temps les plus difficiles et éprouvants pour notre Foi.

Paix, Amour, mais également le devoir de rester forts. « Nous sommes dans une église, et je laisse volontiers le discours politique à ses spécialistes, mais au nom de l’Église, au nom de la Foi, je renouvelle la condamnation de toute forme de violence, sous toutes ses formes et surtout la violence qui se réclame de la Foi en Dieu. Le Dieu en qui nous croyons est le Dieu des vivants, et non des morts. »

Ces actes terribles dont la France a été victime cette semaine sont le quotidien de certains pays et surtout autour de la Jordanie. La prière qui montait ce soir des cœurs des français expatriés en Jordanie était pour leur Patrie, mais également pour leur région d’accueil : « Nous voulons prier ce soir pour les victimes, pour les blessés, pour leurs proches, ainsi que pour le rétablissement de la Justice et de la Paix, dans tous les pays de la région. Nous prions aussi pour les hommes qui tiennent le pouvoir, et qui décident du sort des autres ; pour que les semences du bien vainquent celles du mal ; et pour que le monde … tout le monde jouissent enfin des valeurs de Liberté, Égalité et Fraternité. Amen. »