• Actualités

Quelle Egypte dans la nouvelle Constitution ?

Dans les Gouvernorats du Caire et de Gharbiyah le pourcentage du “non” a dépassé de 13 points celui du “oui”, alors que dans les autres huit provinces, Alexandrie, Assouan, Sinaï du Nord et du Sud, Sohag, Assiut, Dakhaliya et Sharqiya, a été enregistrée une majorité de votes favorables. Le second tour prévu le 22 décembre sera décisif. Cependant tout tend à confirmer que la nouvelle Constitution sera votée, bien que approuvée de manière précipitée par une Assemblée Constituante en perte de légitimité à cause de l’abandon en signe de protestation du tiers environ de ses membres (laïcs et chrétiens). La nouvelle Constitution entrera en vigueur avec toute sa charge d’ambigüité et malgré les semaines de protestations violentes menées par ceux qui craignent la dérive fondamentaliste du Pays et la naissance d’un nouveau régime.
Quels sont les points les plus controversés?

Comment interpréter l’actuelle référence à la sharî‘a ou l’article sur la liberté religieuse, sur les femmes, sur les pouvoirs du Président ?

Pour Oasis, Nathalie Bernard-Maugiron, Directrice de l’Institut de recherche pour le développement de l’Université de Paris-Sorbonne analyse et commente les paragraphes les plus critiques du texte de la Constitution.

_______________________________________________________________

Pour lire l’article en entier sur le site d’OASIS : cliquez ici

A écouter sur Radio France International (RFI) : l’Egype à la croisée des chemins ?

Colloque à Paris le 19 Janvier 2013 : “Où en sont les bouleversements du monde arabe, en Egypte et en Tunisie ?”

 

_______________________________________________________________

Nathalie Bernard-Maugiron est Directrice de recherche (droit), Institut de recherche pour le développement (IRD) UMR 201 “Développement et Sociétés”, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.