• Actualités

RFI : Emission Religions du monde - «Bilan du voyage du pape Benoît XVI au Liban.»

Basé à Beyrouth, le père Samir a été le grand consultant du Vatican pour le synode sur le Moyen-Orient en octobre 2010 à Rome et la rédaction de l’exhortation apostolique

« Ecclesia in Medio Oriente » que le pape est venu publier à Beyrouth.


La visite du Pape a été globalement très positive pour le Père Samir Khalil sur plusieurs points :

Une situation politique bien gerée

Les media craignaient la situation politique et il n’y a pas eu d’incident.

“Il faut féliciter le Liban et les service d’Église. C’était bien pensé et bien organisé.”

Malgré les nombreuses interrogations, le Pape a maintenu sa visite, et comme le rappelle le jésuite : “Le seul fait que le pape dise, “je viens au Liban c’est définitif : vous vivez une situation dramatique, je viens la partager avec vous, arrive ce qui arrivera peut importe.” est un signe de reconnaissance extraordinnaire pour les peuples du Moyen-Orient.

Le Pape a dit “Nayez pas peur, moi aussi je suis avec vous.”

De façon très simple, Benoit XVI a rappelé aux chrétiens leur mission :

Dans cette région historique : en tant que chrétiens nés sur cette terre. “Cette terre est non seulement la votre mais au delà, c’est le lieu d’où est venu l’Évangile, la Théologie”.

Mais aussi comme témoins de l’Évangile en milieu musulman.

Le pape n’a pas eu peur de dire “nous devons annoncer l’évangile, mais nous l’annoncons par notre vie, par notre comportement, par nos services, par la charité. Nous ne l’annonçons pas par des moyens violents. Et nous avons une mission de construire avec les musulmans un Etat pour tous, un État avec une saine laïcité, un bien pour la religion comme pour la politique.

Une saine laïcité signifie libérer la croyance du poids de la politique et enrichir la politique par les apports de la croyance.

Aucune société ne peut se développer sainement sans affirmer le respect réciproque entre politique et religion en évitant la tentation constante du mélange ou de l’opposition.

L’accueil des musulmans

Globalement le peuple se réjouissait. Les articles des musulmans publiés dans la presse sont tous positifs.

Lors de son discours remarquable à la présidence il a insisté “Sur la Paix, sur la Convivialité. il faut aimer nos frères musulmans et travailler avec eux.”

Avec son voyage le Pape, contre toute attente, a relancé le dialogue islamo chrétien.


Réécoutez l’interview de Geneviève Delrue