• Actualités

ROACO : le Pape veut fortifier l’espérance des Églises du Moyen-Orient

“La 95e assemblée plénière de la Roaco (Réunion des Œuvres d’aides aux Églises orientales) se termine jeudi 23 juin à Rome par une audience avec le Pape François. Dans son discours, le Saint-Père est revenu sur le chemin synodal de la Roaco et sur les souffrances des populations et des Églises orientales, en Syrie et au Liban, sans oublier la guerre en Ukraine.

La Roaco est fondamentalement synodale, a d’abord expliqué François dans son discours aux participants de la 95e assemblée plénière de la Réunion des Œuvres d’aides aux Églises orientales. «Lorsqu’un orchestre joue une œuvre importante, il doit, avant de commencer, accorder les instruments: ce n’est qu’à cette condition que l’exécution sera digne et révélera le talent des musiciens», a-t-il développé.

Ainsi, en mettant en place la symphonie de la charité, les membres de la Roaco sont invités à continuer «à rechercher l’accord et à fuir toutes les tentations d’isolement et de fermeture en eux-mêmes et dans leurs groupes, afin de rester ouverts à l’accueil de ces frères et sœurs à qui l’Esprit a suggéré d’initier des expériences de proximité et de service aux Églises orientales catholiques, dans la mère patrie comme dans les territoires de la soi-disant diaspora.»

Pour s’accorder, a continué François filant sa métaphore, il est essentiel de s’écouter les uns les autres. Précisément ce que font les chefs des Églises orientales en Syrie: «Dans le désert de pauvreté et de découragement causé par les onze années de guerre qui ont prostré la Syrie bien-aimée et tourmentée, vous avez pu découvrir en tant qu’Eglise que les sources pour faire refleurir les steppes et donner de l’eau aux assoiffés ne jailliront que si chacun d’entre vous sait abandonner une certaine auto-référentialité et écouter les autres pour identifier les vraies priorités.» Certes, des gouttes d’eau dans l’océan des besoins, mais «mais la goutte de l’Église ne peut pas manquer, alors que nous attendons toujours que la communauté internationale et les autorités locales n’éteignent pas la dernière flamme d’espoir pour ce peuple qui souffre».

Pour lire la suite de l’article de Vatican News, cliquez-ici