• Actualités

Saint Charbel … selon ses contemporains, Père Hanna Skandar - 2008

Télécharger le livre sur St Charbel du Père Hanna Skandar

Prologue : Charbel fou de Dieu

Charbel ivre en Dieu

C’est le titre du premier livre écrit sur le Saint  du Liban, Charbel Makhlouf, et qui parle de sa relation avec Dieu et ses frères, les moines, de sa vie ascétique et des mortifications qu’il a vécues …

Charbel fou de Dieu

C’est ce titre qu’on pourrait attribuer au livre du “Père Hanna Skandar”, intitulé “Saint  Charbel selon les témoignages de ses contemporains”. C’est que la vie que notre Grand Saint  a menée n’était pas normale au sens propre du mot, parce que sa conduite, ce qu’il faisait et toute sa vie étaient incompatibles avec la logique d’homineux. Les contradictions radicales, qui régissaient sa vie, suscitent en nous l’étonnement, le questionnement et la perplexité … Est-ce normal qu’un homme se dépouille, à ce point, de son humanité et de ses émotions pour vivre comme s’il était dans un autre monde? Est-ce normal qu’il renonce autant à son affectivité au point de refuser la rencontre de sa mère et ses frères quand ils venaient le voir, et leur envoyer de tier les recevoir? Est-ce que de vœu, l’obéissance qui consiste à se démunir de sa propre volonté pour obéir à ses supérieurs qui représentent Dieu pour lui, l’oblige à se soumettre aux plus jeunes moines, en période de formation, et par suite d’obéir aux ouvriers mêmes, aux domestiques et aux associés qui travaillaient avec lui dans les champs? Enfin, est-ce normal qu’il s’abstienne au manger alors qu’il a faim, attendant des ordres fermes de le faire, à savoir que les heures des repas dans les couvents et les ermitages sont bien fixées, et que l’obéissance à la cloche qui sonne, appelant les moines soit à la prière, soit au travail, ou bien au manger, s’assimile aux ordres donnés par les supérieurs?

En effet, si nous essayons de comprendre et d’interpréter la conduite de Saint  Charbel selon notre logique humaine, nous serons incapables de la rejoindre; aussi, toute interprétation et explication au niveau humain nous seraient-elles inaccessibles quand il faut livrer à ceux qui le demandent, l’argument de l’espérance et de la foi qui sont en nous. (1P 3,15)

La vie de Charbel dans son ermitage, Saints. Pierre et Paul à Annaya, est singulière à tous les niveaux paramétriques. C’est un homme qui a abandonné le monde pour vivre avec Dieu à tel point qu’il était devenu fou de Dieu … Assez souvent, la folie se caractérise par une attraction totale envers l’autre, ou vis-à-vis d’une pensée ou bien d’une opinion … au point qu’ils deviennent l’unique obsession de l’homme qui abdique le réel.

Il en était ainsi de Charbel pour qui Dieu signifiait tout … et par la suite, il lui incombait de lui rendre ce tout, étant donné que Dieu représentait son seul idéal auquel il tendait, après avoir confié son destin à Dieu qui est devenu son unique finalité. Charbel pouvait désormais effectuer des miracles au nom de Dieu qui agissait comme intermédiaire et son intercession; par la prière, il éloignait les sauterelles des propriétés du couvent, guérissait les malades que ses supérieurs recommandaient à ses prières, et allumait la lanterne remplie d’eau et non pas d’huile.

Fréquemment, nous entendons bon nombre de ceux qui sont affichés du “demi-savoir” critiquer la vie des moines, des ermites et des anachorètes, et se demander sur leur utilité dans la société où ils vivent … en particulier celle où nous vivons, société de la nécessité matérielle et de la consommation, celle où la valeur de l’homme se mesure au produit de son travail … laquelle société où l’homme est réduit à un simple producteur, exactement comme une machine qui sera jetée de côté, une fois usée dans la durée pour laquelle elle a été conçue pour être remplacée par une autre. Dommage, c’est cela ce qui arrive assez souvent à l’homme dont la valeur est liée à sa capacité productive, et qu’on le néglige une fois devenu incapable de produire dans cette société matérielle … c’est là une classification des gens dans la société entre producteurs et non-producteurs de qui font partie, aux dires de quelques penseurs, les ermites et les anachorètes qui, après avoir abandonné le monde, n’offrent rien et ne procurent rien à la société …

Il se peut qu’il en soit ainsi si l’on actualise la vie de ces gens, mais quand on se remet dans le cours du temps, on découvre que leur avis n’est pas correct du tout.

Ces gens qu’on regarde, souvent avec méfiance et légèreté, ce sont eux qui, à la longue, servent la société et y assurent progrès, civilisation et prospérité; ce sont eux qui s’éternisent dans l’histoire et que les gens se souviennent d’eux avec émerveillement, tandis que les puissants du monde, vécus dans la même période, sont sujet de critique mordante, voire même de malédiction, à cause des misères et des fléaux qu’ils ont perpétrés…

Qui peut, par exemple, se rappeler des noms des grands, des puissants, des sages et des intelligents qui ont vécu dans la même période que Charbel Makhlouf? … Pour ce faire, il faut recourir aux livres de l’histoire, aux archives et aux manuscrits pour savoir qui ils étaient et ce qu’ils ont effectué des œuvres louables … tandis que la majorité écrasante de l’humanité connaît aujourd’hui Charbel Makhlouf, les miracles et les prodiges accomplis par son intercession et dont les récits ont dépassé les vestiges, parce que l’Église l’a soulevé sur les autels, et des églises se construisent en son nom dans divers pays.

Qui aurait pu connaître un petit village, appelé Annaya, Saint  Charbel! Grâce à lui, il est devenu un lieu touristique et religieux important auquel affluent les pèlerins de tous les pays, si ce n’est pas pour la prière, c’est pour les restaurants et les hôtels qui attirent les touristes.

Charbel, ivre en Dieu! Oui! Car il a écouté la parole du Christ et l’a vécue textuellement … Le Christ dit: celui qui aime son Père, sa mère, ses frères et ses sœurs plus que moi, ne mérite pas d’être mon disciple … c’est pourquoi le Christ fut pour Charbel son amour qui l’a attiré et en est devenu fou … jusqu’à la fin …

Que nous prenions la parole du Christ au sérieux dans notre vie … et que nous changions radicalement notre vie pour le meilleur, et ainsi contribuons-nous à améliorer la vie de notre société pour que ses fils vivent les valeurs morales et l’esprit du Christianisme à la lettre et avec rectitude, adhérant ainsi à la construction d’une société meilleure où Dieu demeure notre seul but.

Monseigneur

Georges Abou Jaoudé

 

Le 5/1/2007

 

Introduction

 

Ce livre puise principalement de six livres précedents[1], inédits à cause de la répétition fastidieuse et l’anarchie dans le récit des événements. C’est pourquoi j’ai procédé à la mise en ordre de 53 témoignages, qui à peu près, s’étend en 600 pages A4, les adaptant tous avec une précision infinie, les réunissant dans un récit commun aux témoignages recueillis respectivement des témoins, d’autres sources et références[2] m’ont servi de soutien pour combler le vide et élucider un point quelconque. J’ai préféré relater les événements en ayant recours à leurs différentes sources sans critique ni analyse ni commentaire, offrant ainsi un champ très large aux chercheurs de le faire ultérieurement.

Les témoignages ont été présentés selon l’ordre suivant:

Le premier chapitre: relate un récit presque historique, de l’enfance de Charbel dans tout ce qui l’entourée jusqu’à son entrée dans l’ordre: son ordination sacerdotale, son séjour au couvent de Saint  Jacques Al-Hosn, puis sa mutation au couvent d’Annaya et son isolement dans l’ermitage.

Le deuxième chapitre comprend 26 thèmes sur la vie du Saint  où chacun contient: la définition du thème selon les témoins, puis les versions et les événements qui le concernent.

Le troisième chapitre: stipule une exposition de sa dernière messe, son agonie, son enterrement, la lumière qui émanait de son tombeau, l’ouverture de son tombeau, les analyses effectuées sur son corps et les rapports des médecins.

Le nom du témoin a été signalé dans la rubrique, à la fin de son témoignage. Pour chacun des points, j’ai toujours veillé à authentifier, succintement, les sources et les références que j’ai détaillées à la fin du livre.

Vu la ressemblance entre la vie de Charbel et celle du Christ, j’ai parfois appuyé un épisode de la vie de Saint  Charbel par un autre simuliaire de l’évangile, en mentionnant la référence, prise de l’évangile; quelques fois, un événement de la vie de Saint  Charbel a été introduit par un titre pris de l’évangile.

Finalement, j’ai bien voulu publié en annexe la correspondance de Saint  Charbel à monsieur Raymond Nader, sous le titre “paroles de Saint  Charbel”, tant qu’elle se conforme à ses idées connues, en forme et fond au symbolisme, en litote cohérente et précise; aussi bien, elle synchronise avec sa lecture spirituelle, ses prières[3], avec ce qu’il a vécu dans son milieu d’une manière remarquable. En outre, le lecteur trouvera de juissance en les lisant et trouvera qu’elles s’adaptent parfaitement avec les dogmes de l’Église, sans avoir nullement l’intention d’embloiter son jugement

Le 21/7/2008                                                                                         Père Hanna Skandar O.L.M.

couvent N.D. de la forteresse

Menjez- Aqqar- Liban

 



[1] v. sources

[2] v. sources et références

[3] dans les livres du temps liturgique, c.à.d. le bréviaire, livre des fêtes, temps du Noël, du Baptême, du carême, la semaine Sainte, la résurrection, les cultes et la visite au Saint Sacrement.