• Actualités

Saint Théotime, le philosophe

Saint Théotime (IVe-Ve siècles) devint évêque de la petite ville de Tomes en Scythie (Crimée actuelle), sous les empereurs Théodose et Arcade. Son désir d’évangélisation lui fit traverser le Danube pour aller porter aux Huns la lumière de l’Évangile. Témoins des prodiges qu’il accomplissait, et profondément touché par sa vertu, ces barbares le surnommèrent le « dieu des Romains ». Ils étaient particulièrement crains pour leur cruauté mais Théotime parvint à les adoucir et à les rendre sociables, par des petits festins et des présents, mais aussi par l’exemple de sa vie de foi et ses miracles. Il arrêta ainsi les courses fréquentes qu’ils faisaient sur le territoire des Scythes soumis à l’empire romain.

 

“Théotime participa au synode de Constantinople,en 381,

convoqué par saint Épiphane. Celui-ci voulait faire faire condamner les ouvrages d’Origène. Théotime prit la défense de ce dernier en refusant de proscrire l’ensemble de ses écrits. Les saints évêques, saint Augustin, saint Jérôme et le pape Gélase furent de son avis. Ces conflits doctrinaux divisèrent l’Église grecque au IVe et Ve siècles. Le nom de Théotime se trouve avec son éloge dans le Martyrologe romain au 20 avril, date à laquelle il est fêté, mais on ne connaît ni le jour ni l’année de sa mort.

 

 

Sauvé par un lien invisible

« Il humanisa aussi [les Huns], quoi qu’ils fussent cruels par caractère, en leur faisant de petits festins et des présents. Ces libéralités firent croire à l’un d’entre eux qu’il devait être riche et il lui tendit un piège pour le voler. Il avait pour cela attaché une corde à son bouclier ; mais, quand il voulut lever la main, pour lui jeter la corde dessus et l’attirer à lui, comme ils faisaient quelquefois aux ennemis pour les arrêter et les mener, son bras demeura comme pris en l’air sans aucun mouvement et il ne put être délivré de ce lien invisible, tant qu’il n’eût reconnu sa faute, et que ses compagnons n’eussent supplié saint Théotime de prier Dieu pour lui. » Les petits Bollandistes : vie des saints, tome 4 (XIXe siècle).

 

 

En partenariat avec :