• Actualités

Terre Sainte : le Cardinal Edwin Frederick O'Brien nommé Grand Maître de l'Ordre équestre du St.Sépulcre de Jérusalem

Le cardinal Edwin Frederick O’Brien, a été confirmé ce 15 mars, par Benoît XVI à la tête – « Grand Maître » – de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, dont il était “pro-Grand-Maître” depuis août 2011.

Ce titre de « pro-Grand Maître » désignait sa fonction en attendant qu’il soit « créé » cardinal, ce que Benoît XVI a fait lors du consistoire du 18 février dernier.

Il était auparavant archevêque de Baltimore, siège primatial aux Etats-Unis. Le pape avait accepté, le 29 août 2011, la démission que lui avait présentée en février 2011, le cardinal John Patrick Foley, à ce poste depuis 2007, et décédé le 11 décembre 2011.

Les origines de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem remontent à la libération de Jérusalem par Godefroy de Bouillon, en 1099.

Avec la disparition du Royaume chrétien de Jérusalem, l’Ordre continua à sa mission en Europe, pour la défense des plus faibles.

Il a été en quelque sorte re-fondé en 1847 par le bienheureux pape Pie IX, avec de nouveaux statuts le plaçant sous la protection du Saint-Siège et sous la responsabilité du patriarcat latin de Jérusalem (PLJ).

Il a aujourd’hui pour mission de renforcer la pratique de la vie chrétienne de ses membres en fidélité au pape et aux enseignements de l’Eglise. Il soutient les œuvres et les institutions cultuelles, caritatives, culturelles et sociales de l’Eglise catholique en Terre Sainte, aux côtés du PLJ.

Mgr Edwin O’Brien est né en 1939 à New York.

Il a été ordonné prêtre en 1965 pour le diocèse de New York, et consacré évêque en 1996.

Il a été notamment recteur du Collège pontifical nord-américain de Rome de (1990-1994), évêque auxiliaire de New York (1996), puis archevêque de l’ordinariat militaire des Etats-Unis (1997). En 2007, il avait été nommé archevêque de Baltimore.

Il s’est opposé au gouverneur démocrate du Maryland, Martin O’Malley, sur la loi autorisant les mariages homosexuels et a défendu le moratoire sur la peine de mort institué dans cet État.

L’ancien évêque aux armées a également pris parti pour le désarmement nucléaire, l’arme nucléaire représentant une menace « disproportionnée » pour la vie humaine, comme l’indique la doctrine sociale de l’Eglise.