• Actualités

Vatican : Les chrétiens Orient, au cœur du consistoire

Source VIS

L’ouverture du Consistoire du lundi 20 octobre a été consacrée au Proche et Moyen-Orient et, en particulier, à la situation des chrétiens. Le Pape a remercié de leur présence les frères venus de cette région avant de leur adresser quelques mots : “Nous partageons le désir de paix et de stabilité régionale et la volonté de favoriser la résolution des conflits à travers le dialogue, la réconciliation et l’engagement politique. En même temps, nous voudrions apporter la plus grande aide possible à la communauté chrétienne pour soutenir leur présence dans la région… Nous ne pouvons nous résigner à penser à l’Orient sans les chrétiens qui, depuis deux mille ans, y confessent le nom de Jésus”.

Puis il a souligné combien les évènements récents, surtout en Irak et en Syrie, sont préoccupants. “Nous assistons à un phénomène de terrorisme aux dimensions inimaginables. Nombre de nos frères sont persécutés et ont dû quitter leur maison de manière brutale. Il semble que l’on ait perdu la conscience de la valeur de la vie humaine, que la personne ne compte pas et que l’on puisse la sacrifier pour d’autres intérêts. Tout cela, malheureusement, dans l’indifférence de beaucoup. Cette situation injuste exige, en plus de notre prière constante, une réponse adéquate, également de la part de la communauté internationale. Je suis certain qu’avec l’aide du Seigneur, des réflexions et suggestions valables sortiront de la rencontre d’aujourd’hui pour aider nos frères qui souffrent et pour trouver une issue au drame de la réduction de la présence chrétienne sur la terre où est né et de laquelle s’est diffusé le christianisme”.


© L’Osservatore RomanoAprès le discours du Saint-Père et le rapport du Secrétaire d’État sur la rencontre des nonces et des représentants diplomatiques au proche et moyen Orient (Vatican, 2-4 octobre), les Cardinaux et les Patriarches ont pris la parole : Les Patriarches ont notamment décrit les situations et les problèmes des Églises particulières en Irak, Syrie, Égypte, Jordanie, Liban, Israël et Palestine. Les interventions ont insisté sur l’exigence de la paix et de la réconciliation, la défense de la liberté religieuse, le soutien aux communautés locales, l’importance de l’éducation pour de nouvelles générations capables de dialoguer, le rôle de la communauté internationale.

On a souligné que la région a un besoin urgent de redéfinir son avenir.

Il est important que :

  • Jérusalem soit reconnue comme capitale de la foi pour les trois grandes religions monothéistes,
  • comme nécessaire de trouver une solution aux conflits israélo-palestiniens et syrien.
  • Face aux violences perpétrées par l’EI, il a été rappelé que l’on ne peut pas tuer au nom de Dieu.
  • Il a été dit que la liberté de conscience, qui inclut la liberté de religion, est un droit fondamental, inné et universel, une valeur pour toute l’humanité. La reconnaissance pour les chrétiens des droits civils accordés aux autres citoyens a été réclamée, surtout dans les pays où la religion n’est pas séparée de l’État.

A propos du soutien aux communautés locales, on a rappelé qu’un Orient sans chrétiens serait une perte grave pour le monde, car elles ont un rôle fondamental dans l’équilibre de la région et dans l’éducation. Il convient donc d’encourager les chrétiens à ne pas quitter leurs pays et à persévérer dans leur contribution au bien-être de leurs sociétés. Une réflexion a été développée sur la migration des chrétiens, qui doivent pouvoir être accueillis dans les pays d’émigration et par les Églises locales.

Celles-ci doivent donc se doter de structures pastorales adéquates en fonction des divers rites. On doit poursuivre en parallèle la fourniture de l’aide humanitaire dans cette partie du monde afin d’aider les chrétiens restants à ne pas émigrer. Les autres Églises doivent également organiser en leur faveur des manifestations de solidarité, comme des pèlerinages.

Dans nombre de pays de la région, les manuels scolaires présentent sous un jour négatif les religions différentes de celle de l’État. Les institutions publiques locales sont invitées à se pencher sur la question, et à recourir plutôt au dialogue inter-religieux sur leur base commune qu’est la raison, mais aussi à une forte coopération œcuménique qui permette à toutes les confessions chrétiennes de parler d’une même voix. Il est demandé à la communauté internationale de garantir aux réfugiés chrétiens la possibilité de regagner dès que possible leurs foyers et d’instituer des zones de sécurité, notamment dans la plaine de Ninive. Il faut tout faire pour que toutes les personnes séquestrées soient libérées, et un appel est lancé pour qu’on ne les oublie pas.