• Actualités

Vœux du Président aux Autorités religieuses le 7 janvier 2011

Vœux du Président aux Autorités religieuses le 7 janvier 2011 (extrait)

« Ainsi, devant ce déchaînement d’une violence aveugle mais diaboliquement orchestrée, je le dis avec émotion et avec fermeté, en ce matin d’un jour particulier pour la communauté copte, en me tournant vers le représentant de Patriarcat copte d’Alexandrie, cher Père Lucas Guirguis, pour l’assurer, en votre nom à tous et bien au-delà de ce lieu, de notre solidarité : dans l’église d’Alexandrie, c’est toute la Communauté des hommes qui a été frappée ; c’est la Civilisation humaine qui a été défiée. Oui, le sort des chrétiens d’Orient nous concerne tous parce qu’il symbolise, bien au-delà des chrétiens et bien au-delà de l’Orient, les enjeux du monde globalisé dans lequel nous sommes entrés de façon irréversible.

La France est émue, la France est inquiète. Pour autant, la France ne se contente pas de déplorer, elle agit.

Dès le lendemain de l’attentat du 31 octobre contre l’église syriaque de Bagdad, le gouvernement a organisé l’accueilde cent cinquante chrétiens irakiens blessés dans l’attentat. La France n’avait d’ailleurs pas attendu ces drames pour porter secours aux chrétiens d’Orient. Dès 2007, le gouvernement français avait permis à des hommes et des femmes directement menacés de quitter l’Irak. Ils ont été plus d’un millier à en bénéficier. Mais – car il y a un mais – il faut y prendre garde, nous ne pouvons pas non plus admettre et donc faciliter ce qui ressemble de plus en plus — j’emploie un mot fort — à un plan particulièrement pervers d’épuration du Moyen-Orient, d’épuration religieuse. En Irak comme en Egypte, les chrétiens d’Orient sont chez eux et ils le sont pour la plupart depuis 2000 ans.

Nous ne pouvons pas accepter que cette diversité, humaine, culturelle et religieuse qui est la norme en France, en Europe et dans la plupart des pays occidentaux disparaisse de cette partie du monde. Les droits qui sont garantis, chez nous, à toutes les religions, doivent être réciproquement garantis dans les autres pays.

Chaque État, chaque civilisation, chaque société a ses lois, ses principes et ses règles de vie commune mais il existe aussi des principes universels auxquels la très grande majorité des États du monde a souscrit. Ces principes garantissent, comme le pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966, le droit à la liberté de pensée, le droit à la liberté de conscience, le droit à la liberté de religion.”