• Education

Irak : soutenir les étudiants de Mossoul

Les étudiants recueillis à Kirkouk pendant la guerre

Les chrétiens de Mossoul et de la plaine de Ninive ont du fuir en 2014, lors de l'arrivée de Daech. Mgr Mirkis, archevêque chaldéen de Kirkouk, a recueilli des centaines d'étudiants chrétiens et yézidis dans son diocèse pour qu'ils puissent poursuivre leur cursus. Il a bénéficié pour cela de nombreux soutiens de l'Eglise de France, notamment à travers l'Œuvre d'Orient.

Retour à Mossoul

Depuis la libération de Mossoul, le 10 juillet 2017, 95 % de ces étudiants sont retournés dans les villes de la plaine de Ninive. A Mossoul, ville détruite à 90 %, l'université a rouvert début 2018. Les conditions de vie restent encore très difficiles pour les membres des minorités religieuses qui reviennent vivre dans la région récemment libérée.  
Malgré toutes les difficultés que ces jeunes rencontrent, la volonté de reconstruire le pays les a rassemblés. C'est une génération qui veut réellement tourner la page et faire en sorte que la violence n'ait pas le dernier mot. Mgr Youssif Thomas Mirkis, archevêque chaldéen de Kirkouk et de Souleymanieh.  

Ces jeunes futurs diplômés sont l'avenir du pays

Pour Mgr Mirkis, la formation des jeunes est "la priorité et l'avenir de l'Irak". Ils veulent être architectes, médecins, ingénieurs, enseignants... Ils apporteront leurs qualifications pour construire l'Irak de demain, un pays où chrétiens, yézidis et musulmans pourront vivre en paix. Le soutien de l'Œuvre d'Orient a déjà permis à des étudiants de reprendre les cours à Mossoul, en leur apportant une aide financière pour la nourriture, le logement et le transport. Ces frais s'élèvent à environ 55 € par mois pour un étudiant. Cette aide leur permet de s'investir pleinement pour décrocher leur diplôme dans cette période de reconstruction pour l'Irak.  
En cas de paiement par chèque ou par virement, précisez le code du projet : T80223

L'Église de France et l'Œuvre d'Orient soutiennent les étudiants de Mossoul à Kirkouk