• Education

[LIBAN] Aide urgente pour l'école des Sœurs du Rosaire de Bourj Hammoud

"L'éducation est un remède contre tous les fanatismes. Les écoles chrétiennes participent à cette paix sociale, à ce " vivre ensemble ", unique au Moyen-Orient. Si elles ferment, la situation risque de se détériorer encore davantage au Liban. La paix est en danger." Mgr Pascal Gollnisch, Directeur général de l’Œuvre d’Orient

Préserver l'éducation

L’année 2020 a été particulièrement douloureuse pour le Liban. La double explosion du 4 août a dévasté Beyrouth sur des kilomètres, notamment les quartiers chrétiens historiques de Gemmayse, Mar Mikhael, Achrafieh et Bourj Hammoud. Les dommages sont immenses avec près de 300 000 personnes désormais mal-logées, 6000 blessés en plus des 190 personnes qui ont perdu la vie. Les écoles, les hôpitaux, les habitations de ces quartiers sont à reconstruire en urgence.
Le drame s’inscrit dans un contexte de crise politique, économique et sociale depuis octobre 2019. Des milliers d’entreprises ont fait faillite entraînant une augmentation du chômage qui avoisine les 35%. Plus de 50% de la population libanaise vit aujourd’hui sous le seuil de pauvreté. Les familles n’ont plus les moyens de se nourrir ni de payer les frais de scolarité de leurs enfants. Les écoles chrétiennes, qui scolarisent près de 430 000 élèves au Liban sont particulièrement touchées. L’Œuvre d’Orient recense 331 écoles chrétiennes en grande difficulté financière et dont plus d’une quinzaine subissent les dommages matériels de l’explosion. Le besoin d’aide est urgent. Ces écoles sont un pilier de l’excellence de l’enseignement libanais et un vecteur de paix essentiel dans le pays, accueillant des élèves sans distinction de religion.

L’école des Sœurs du Rosaire menace de fermer

L'école des Sœurs du Rosaire se situe dans le quartier chrétien de Bourj Hammoud, à quelques centaines de mètres à peine du port de Beyrouth. La communauté des sœurs du Rosaire a ouvert une école dans ce quartier il y a 90 ans. Suite aux explosions du 4 août 2020, des faux plafonds se sont effondrés, de nombreuses vitres ont été détruites et le laboratoire de physique-chimie est fortement endommagé. Les réparations s'ajoutent à un déficit annuel déjà considérable en raison de la crise économique qui sévit au Liban depuis plus d'un an : 45% des scolarités sont impayées, 10 professeurs ont été licenciés tandis que les autres ne perçoivent que la moitié de leur salaire. Nous avons besoin de vous. Référence du projet : T91536