• Actualités

🔴📢Appel à l'occasion de la Journée mondiale des Pauvres - 19 novembre 2023

Assemblée des Patriarches et des Evêques Catholiques au Liban Secretariat Général

56ème Session Ordinaire – Fatqa, 6-9 novembre 2023

Appel à l’occasion de la Journée mondiale des Pauvres – 19 novembre 2023


 

  1. nous, membres de l’Assemblée des Patriarches et des Evêques Catholiques au Liban réunie dans sa 56ème session, à la Maison Notre Dame du Mont (Fatqa, Keraouan, 6-9 novembre 2023), en vue de la préparation de la célébration de la Journée Mondiale des Pauvres le 19 novembre 2023, nous adressons cet appel, ce cri, du cœur de notre vocation à servir les pauvres par un amour préférentiel et à poursuivre notre engagement à leur assurer une existence dans la dignité.

 

  1. Ce cri c’est celui des oubliés, des laissés pour compte, des invisibles, ceux que l’on ne veut pas voir et qui pourtant, au Liban, sont de plus en plus nombreux. Ce cri c’est celui des pauvres, des nécessiteux qui ont besoin d’argent, de pain et de vêtements.

C’est le cri des personnes malades qui meurent chez elles faute de moyens pour se soigner. C’est le cri des handicapés abandonnés et que les centres sont incapable d’accueillir. C’est le cri des nouveaux pauvres, des déclassés contraints de multiplier les petits boulots pour survivre. C’est le cri des retraités des sans-salaires, des enfants privés d’école et d’instruction. C’est le cri des centaines de milliers de personnes de tout âge, toute région ou confession condamnées à la misère et au désespoir.

 

  1. Ce cri, c’est celui des employés, professeurs, enseignants, infirmières et infirmiers, assistantes sociales, aides-soignants, des militaires, et les forces de sécurité, qui réalisent chaque jour une mission admirable auprès des plus nécessiteux dans des conditions de travail éprouvantes rendues indignes par la négligence des responsables politiques, leur inaction et leur corruption.

 

  1. Ce cri, c’est aussi celui des responsables de ces institutions : directeurs d’écoles, responsables d’associations humanitaires et sociales, de centres de santé, d’accueil pour personnes handicapées, âgées ou à besoins spécifiques. C’est le cri des hommes et des femmes engagés auprès des plus vulnérables que cette spirale sans fin de la détresse plonge un peu plus chaque jour dans l’angoisse et le désarroi. Ces hommes et ces femmes servent les libanais, que l’Etat prive de leurs droits et n’hésite pas à combattre.

 

  1. Nous rappelons aux responsables politiques que chaque être humain dispose de droits fondamentaux, et en particulier le droit à l’éducation, au travail, à la santé et à la vie dans la dignité. Ces droits sont inscrits dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ratifiée par de nombreux pays dont l’Etat Libanais. Ce dernier doit prendre ses responsabilités et faire en sorte que ces droits ne soient pas bafoués quotidiennement au Liban. La crise que traverse le pays, ainsi que les conflits régionaux, ne peuvent en aucun cas, justifier le non-respect de ces droits fondamentaux. Cet état de fait est inacceptable et doit être dénoncé.

Aux responsables dans le Pays du Liban

 

  1. Sachez que les associations communautaires, éducatives, sanitaires et sociales, quelles que soient leurs appartenances, ne sont plus à même de remplir leurs missions, toutes seules. Puisque l’Etat libanais, en tant que partenaire essentiel, s’est déchargé de son rôle et de sa responsabilité.

Ces associations ont servi le peuple libanais tout au long de son histoire et dans toute sa diversité. Cependant, à cause de votre égarement/négligence, vous les condamnez à la mort lente. Et de ce fait, vous détruisez ce que nos ancêtres ont mis des siècles à bâtir, vous sacrifiez la génération actuelle et vous anéantissez l’avenir.

Si ces associations venaient à fermer leurs portes, qu’adviendra-t-il des personnes handicapées, qui prendra soin des malades, éduquera les enfants, répondra aux besoins des classes/catégories les plus défavorisées du Liban, dans le proche avenir ?

Une fois encore nous vous disons : nous ne pouvons plus accepter l’inacceptable et continuer sur ce chemin. Trop c’est trop. La coupe est pleine. Ça suffit !

 

  1. Notre cri n’est ni confessionnel/communautaire, ni idéologique. Son but est de combattre la pauvreté et l’humiliation que subissent les citoyens, faire entendre leur désarroi/plainte et défendre leurs droits.

C’est le cri de la conscience nationale adressé en premier lieu aux responsables au Liban, afin qu’ils assument leurs responsabilités vis-à-vis des franges les plus démunies et qu’ils mettent un terme à cette injustice. Qu’ils fassent leurs devoirs envers notre peuple qu’ils ont réduit à la pauvreté et l’indigence par leur corruption.

Nous adressons cet appel à l’opinion publique libanaise et à la diaspora pour qu’ils nous rejoignent à porter cette cause, la cause de ceux qui ne possèdent plus rien.

Nous adressons cet appel aux ONG concernées par les aides humanitaires, pour secourir le peuple libanais pour qu’il sorte de cette situation de pauvreté, qu’il recouvre sa dignité afin qu’il remplisse sa mission dans son environnement oriental.

 

  1. Nous invoquons le secours de notre Mère la Vierge Marie, Notre Dame des Pauvres, et nous lui confions ce cri en espérant qu’il arrive à toutes les consciences et les cÅ“urs. Et que fructifient l’amour et la justice à la gloire du ‘’ Dieu Amour’’ (Et Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour. (1 Jean 4 :8)

 

P.S. : Cet appel sera diffusé dans les paroisses, sanctuaires, écoles, universités et institutions diverses. Des initiatives d’amour seront organisées à cet effet. En particulier les quêtes du dimanche 19 novembre 2023 seront réservées à cette initiative.