• Actualités

Canonisation des deux religieuses palestiniennes le 17 mai : une joie pour tout l'Orient

Ces deux religieuses palestiniennes, Soeur Marie Alphonsine Danil Ghattas et Soeur Mariam de Jésus Crucifié Baouardy, seront canonisées le 17 mai prochain à Rome.

A cette occasion, une messe sera célébrée à la paroisse grecque melkite de St Julien le Pauvre, 79 Rue Galande, 75005 Paris, le dimanche 17 mai à 11h. La nouvelle icône de la sainte sera bénie lors de la messe.

Pour mieux les connaitre :

Sainte Marie Alphonsine Danil Ghattas

Marie-Alphonsine-Danil-GhattasCo Fondatrice de la Congrégation des Sœurs du Rosaire, très active dans la vie paroissiale de Terre Sainte. Fêtée le 25 mars.

Née à Jérusalem le 4 octobre 1843, elle est décédée le 25 mars 1927. Déclarée Vénérable le 15 décembre 1994, elle a été béatifiée par Benoît XVI le 22 novembre 2009 à Nazareth. Elle sera canonisée le 17 mai 2015 par le Pape François Place St Pierre à Rome.
Née au sein d’une famille chrétienne de rite latin de Jérusalem composée de dix-neuf enfants, elle entre dans la congrégation des Sœurs de Saint Joseph de l’Apparition à 14 ans. Après ses premiers vœux, sa supérieure lui confie la mission d’enseigner le catéchisme à l’école des sœurs à Bethléem.

« Sœur Marie-Alphonsine était une catéchiste hors pair, une éducatrice humble et un apôtre infatigable…  Elle fut gratifiée de visions répétées de Notre-Dame, lui demandant de fonder pour les filles de son pays une congrégation qui prendrait le nom de ‘sœurs du Rosaire’“…

De sa famille, elle “a retiré une piété profonde, une grande foi dans la Providence et une confiance entière et filiale dans la Vierge. Mais elle s’est surtout distinguée par deux vertus spéciales : l’amour du silence et de la vie cachée d’une part, l’amour de la croix et du sacrifice d’autre part. » 

S.B. le Patriarche Fouad Twal
La congrégation du Rosaire :

La fondation de la Congrégation des Sœurs du Rosaire, en 1880, constitue un événement historique important : l’Esprit Saint l’a voulu une Pentecôte nouvelle dans l’Église d’Orient. Cet événement s’est produit alors que l’Orient souffrait du joug pesant de l’occupation turque, et au moment où les responsables sentaient le grand besoin de venir en aide à la formation des femmes et à l’éducation religieuse et sociale des jeunes filles, fondement de la famille et pilier de la société. La Congrégation a été fondée par le Père Youssef Tannous YAMMINE et la Mère Marie Alphonsine Danil GHATTAS, sous le Pontificat de Léon XIII qui préconisait la prière du Rosaire dans l’Église. Elle a pour but de servir l’Eglise :

  • Ouvrir des écoles pour les jeunes filles qui sont le fondement du progrès de la famille et de son succès.
  • Ne pas frustrer les villages et les lieux lointains des villes, de l’éducation de la jeune fille et de son enrichissement de principes vrais, ainsi que la formation de la mère chrétienne.
  • Pourvoir à ce besoin urgent de fonder une congrégation religieuse pour combler ce vide. 

Découvrir la prière du Rosaire avec Marie-Alphonsine.
Pape Benoit XVI “Le mérite lui revient d’avoir fondé une congrégation formée seulement de femmes du lieu dans le but d’un enseignement religieux, pour vaincre l’analphabétisme et élever la condition des femmes de cette époque sur la terre où Jésus lui-même en a exalté la dignité… La béatification de cette belle figure de femme est d’un réconfort particulier pour la communauté catholique en Terre Sainte et une invitation à toujours se confier, avec une ferme espérance, à la divine providence et à la protection maternelle de Marie”. (Source : Béatification à Jérusalem – VIS 091123 220)


Bienheureuse-Marie-de-Jésus-Crucifié

Sainte Mariam de Jésus Crucifié Baouardy

Carmélite, Fondatrice du Carmel de Bethléem et de Nazareth. Fêtée le 30 août.

Née le 5 janvier 1846 à Abellin, en Galilée et décédée le 26 août 1878 à Bethléem. Elle a été béatifiée le 13 novembre 1983 par Saint Jean-Paul II. Elle sera canonisée le 17 mai 2015 par le Pape François Place St Pierre à Rome.

Mariam Baouardy est née en Galilée, à Ibillinun petit village de Galilée à mi-chemin entre Nazareth et Haïfa. Avant ses trois ans, elle se retrouve orpheline. Son oncle la recueille. A Alexandrie où sa famille a émigré, Mariam a douze ans. Son oncle veut la marier. Désireuse de suivre sa voie intérieure de consécration au Seigneur, elle refuse et s’enfuit chez un proche de sa famille, musulman. Celui-ci lui conseille d’embrasser l’Islam. Devant son refus indigné, il s’emporte et lui tranche la gorge. Mais elle est guérie par l’intercession de la Vierge Marie. A partir de ce jour, elle va de ville en ville (Alexandrie, Jérusalem, Beyrouth, Marseille…) comme servante, choisissant de préférence des familles pauvres, les aidant, partant dès qu’elle se trouve trop honorée. Elle n’oublie ni sa consécration virginale ni sa guérison miraculeuse. Elle entre au Carmel de Pau où elle y vit une floraison d’expériences mystiques. Au milieu de ces grâces déconcertantes à nos yeux, elle garde une humilité entière et une humeur paisible et joyeuse.

Mariam participe à la fondation du Carmel de Mangalore en Inde et à celui de Bethléem. Les obstacles sont nombreux, mais se lèvent progressivement, parfois contre toute attente. Mariam se préoccupe aussi de la fondation d’un Carmel à Nazareth. Elle meurt à 32 ans à Bethléem la suite d’un accident de chantier. Elle a été béatifiée en 1983.

Saint Jean-Paul II « En elle, tout nous parle de Jésus. » «Elle reflète les différents visages de l’Église : l’Église grecque-melkite dans laquelle elle a été baptisée et élevée, l’Église latine où elle a été initiée à la vie carmélitaine. En dehors de son pays natal, elle s’est insérée dans les communautés chrétiennes du Liban, de l’Égypte, de la France, de l’Inde. »

«Elle n’a cessé de proclamer la paix et de rapprocher les cœurs”. La vie de Mariam manifeste la pertinence de ce lien. « Aujourd’hui plus que jamais le poids des menaces nous invite à faire de l’amour et de la fraternité la loi fondamentale des rapports sociaux et internationaux, dans un esprit de réconciliation et de pardon, en nous inspirant du style de vie de la Bienheureuse Marie de Jésus Crucifié et de son exemple non seulement pour son peuple mais aussi pour le monde entier. Puisse ce nouveau style de vie nous donner une paix fondée non sur la terreur mais sur une confiance réciproque ».

Prière à l’Esprit Saint
Esprit Saint, inspirez-moi;
Amour de Dieu consumez-moi;
Au vrai chemin conduisez-moi;
Marie ma Mère regardez-moi,
Avec Jésus, bénissez-moi;
De tout mal, de toute illusion,
De tout danger préservez-nous.

Sources : Père William Marie Merchat, Carmel de Bethléem, nominis.cef.fr

Pour aller plus loin
Retrouvez le dossier de presse, préparé par le Carmel de Bethléem et le père William-Marie Merchat, et promu par l’Œuvre d’Orient, proposé comme une première rencontre avec Mariam, chrétienne d’Orient : http://www.carmel.asso.fr/Canonisation-de-Mariam-dossier-de-presse.html