• Actualités

Gaza : Visite d'une équipe du Patriarcat Latin de Jérusalem

” Sur les 1,6 millions d’habitants de Gaza, on compte près de 2 500 chrétiens, et à peine plus de 200 latins, qui vivent leur foi dans l’unique paroisse catholique de la Bande, celle de la Sainte Famille. Une présence soutenue par différentes communautés religieuses, qui œuvrent non seulement pour la paroisse, mais aussi pour tous les habitants de Gaza, sans distinction de religion : les missionnaires de la Charité de Mère Térésa, les Sœurs du Rosaire, les Petites Sœurs de Jésus et enfin les Sœurs de l’Institut du Verbe Incarné, famille religieuse à laquelle appartiennent également les prêtres catholiques de Gaza, tous deux Argentins : le curé, le P. Jorge (appelé par tous Abouna George) et le P. Elias.[…]

En effet, les chrétiens des deux confessions, dont les paroisses sont géographiquement proches, au cœur de la ville de Gaza, se serrent volontiers les coudes. […]

Les jeunes sont aussi l’objet d’une attention particulière : trois oratoires sont en place, selon les âges. Récemment, leurs activités ont été en partie déplacées dans les maisons, afin de ne pas choquer les musulmans. Dans le contexte social actuel dans la région, certains ont parfois du mal à comprendre que l’on puisse se réjouir alors que les voisins arabes souffrent.

En effet, les récents évènements qui ont secoué et secouent toujours le Moyen-Orient ne sont pas sans incidence à Gaza, voisine toute proche de l’Egypte. Tout d’abord d’un point de vue matériel, car les soulèvements égyptiens ont entraîné la fermeture de nombreux tunnels par lesquels Gaza s’alimente en partie. Mais aussi parce que le sort des autres nations arabes inspire la solidarité des Palestiniens de Gaza. Le vendredi 11 au soir, à l’annonce du départ du pouvoir du Président égyptien Hosni Moubarak, ils étaient des milliers à descendre dans les rues pour célébrer cette victoire du peuple. Plusieurs manifestations ont eu lieu en soutien aux protestataires, et la Bande de Gaza n’est pas à l’abri du vent de contestation qui souffle actuellement sur la région.

Malgré l’incertitude, la précarité matérielle, les restrictions dans les libertés civiles et de mouvement, les chrétiens de Gaza sont un signe d’espérance. Leur présence, numériquement insignifiante, peut être le sel et la lumière en cette terre éprouvée par tant de souffrances.”

Marie Malzac

Retrouvez la totalité de l’article sur le site du Patriarcat Latin de Jérusalem en cliquant ici