• Actualités

La francophonie et l'enseignement catholique au Moyen-Orient : retour sur le colloque

Parmi ces problématiques, l’homologation des établissements. Il passe par “un accord avec l’AEFE (Agence pour l’enseignement français à l’étranger) qui consiste à l’inspection et la formation des professeurs” explique Jean-Paul Negrel, directeur adjoint de l’AEFE. “C’est une décision du ministère de l’Éducation nationale français pour les établissements dans le monde : il garantit également le respect des programmes, la capacité de présenter les examens, le cadre de valeurs républicaines ; liberté, égalité, fraternité et laïcité” poursuit-il.

Jean-Paul Negrel, directeur adjoint de l’AEFE
Jean-Paul Negrel, directeur adjoint de l’AEFE

“On accueille toutes les cultures et toutes les religions”

Michel Bertet, ancien directeur d'établissement en Turquie.
Michel Bertet, ancien directeur d’établissement en Turquie.

Nous sommes des établissements laïcs au sens moderne du terme, ça n’exclut pas le fait religieux. On accueille toutes les cultures et toutes les religions“. Même en Turquie, où la population est composée à 99,9% de musulmans, “cela ne pose pas de difficulté particulière” explique Michel Bertet. Ancien directeur d’établissement en Turquie, il faisait parti du réseau lasallien d’écoles (fondé par Saint Jean-Baptiste de la Salle), un réseau international qui couvre 80 pays et présent au Proche-orient depuis le 19ème siècle.

En Turquie, les écoles lasalliennes comprennent 3 écoles, sur les 6 écoles françaises du pays. Les filles de la charité, les sœurs de Sion et les lazaristes sont également présents“. En tout 4000 élèves sont ainsi scolarisés dans des structures françaises.

Plus de 500 millions d’euros pour l’enseignement français à l’étranger

Aujourd’hui l’État français met plus de “500 000 000 millions d’euros” dans ses écoles à l’étranger, poursuit Jean-Paul Negrel.

Le défi pour la suite ? “Maintenir cette excellence des établissements français, le partager avec des cultures locales et faire face à une forme de concurrence des établissements anglo-saxons” termine le directeur adjoint de l’AEFE.