• Actualités

Les chrétiens espèrent, prient, et agissent

Mgr Pascal Gollnisch, Directeur général ainsi qu’Hubert de Gabory, secrétaire général, de l’Œuvre d’Orient étaient présents à la ROACO.

Parmi eux les représentants de la Terre Sainte, mais aussi :

    A l’issue de ces 3 jours Mgr Pascal Gollnisch dresse un bilan positif de cette rencontre et évoque un climat de travail plein de confiance et d’efficacité.

    Parmi les interventions qui l’ont marqué, celle de Mgr Zenari, qui décrit une situation politique extrêmement tendue en Syrie, tout en apportant des paroles de « confiance et d’émerveillement ».

    Les chrétiens d’Orient, et tout particulièrement ceux de Syrie, espèrent, prient et agissent. Pour autant, les difficultés existent bel et bien.


    A l’issue de cette réunion, Le Pape a recu les membres de la ROACO. Il a renouvelé :

    Sa « gratitude aux œuvres représentées ici, de même qu’aux nombreux bienfaiteurs. »

    Il a exprimé le souhait de persévérer dans « ce mouvement de charité que, sur mandat du Pape, la Congrégation supervise afin que de manière ordonnée et équitable la Terre Sainte et les autres régions orientales reçoivent le soutien spirituel et matériel nécessaire pour faire front à la vie ecclésiale ordinaire et à des nécessités particulières ».

    Benoit XVI s’est montré très préoccupé pour l’Orient,

    mère patrie d’antiques traditions chrétiennes, concerné de manière particulière par un processus, qui engendre insécurité et instabilité aussi au niveau ecclésial et dans le domaine œcuménique et interreligieux. » Il s’agit de facteurs qui alimentent les blessures endémiques de l’histoire et qui contribuent à rendre plus fragiles le dialogue, la paix et la coexistence entre les peuples, ainsi que le respect authentique des droits humains, spécialement du droit à la liberté religieuse personnelle et communautaire. Ce droit doit être garanti dans sa profession publique, et non seulement en termes cultuels, mais aussi pastoraux, éducatifs, caritatifs et sociaux, qui sont tous des aspects indispensables à son exercice effectif. »

    Un appel « pressant et douloureux en faveur de la Syrie

    Le Pape a demandé « Que ne soit épargné aucun effort, également de la part de la communauté internationale, pour faire sortir la Syrie de la situation de violence et de crise actuelle, qui dure déjà depuis longtemps et risque de devenir un conflit généralisé qui aurait des conséquences fortement négatives pour le pays et pour toute la région. J’élève aussi un pressant et douloureux appel pour que, face au besoin extrême de la population, soit garantie la nécessaire assistance humanitaire, ainsi qu’à de nombreuses personnes qui ont du laisser leurs maisons, certaines se réfugiant dans les pays voisins : la valeur de la vie humaine est un bien précieux à sauvegarder toujours. »

    Annonce de son voyage au Liban

    Il a confié son prochain voyage à la Vierge Marie et a offert « à l’Église et à la nation libanaise mon affection de père et de frère, tandis que j’accorde de tout cœur à vos organisations, à tous ceux ici présents et aux personnes qui vous sont chères, comme aux communautés qui vous sont confiées, mon affectueuse bénédiction apostolique. »