• Actualités

L'œcuménisme constitue un "enjeu important" pour les catholiques orientaux d'Europe, estime Mgr Gollnisch

“Le dialogue entre catholiques et orthodoxes représente un “enjeu important” pour les communautés grécocatholiques d’Europe, a confié Mgr Pascal Gollnisch, vicaire général pour l’ordinariat des catholiques orientaux de France, à I.MEDIA le 13 septembre 2019. Le prêtre français participe à une conférence à Rome sur la mission œcuménique des Eglises orientales.

Depuis le 12 septembre et jusqu’au 14, les évêques catholiques des Eglises orientales d’Europe sont réunis au Collège pontifical ukrainien, à Rome, sous le parrainage du Conseil des conférence épiscopales européennes (CCEE). Pour cette édition, le thème qui retient l’attention de ces évêques gréco-catholiques ou ordinaires pour les catholiques orientaux est celui de l’œcuménisme. Ce thème revêt un “enjeu important” pour les communautés gréco-catholiques d’Europe, confie Mgr Gollnisch. En effet, ces dernières ont pour “sœurs” des Eglises orthodoxes, dont elles partagent la tradition, la théologie et la liturgie.

Mais malgré cette proximité, il demeure certaines tensions. Parce qu’elles ont rejoint la communion avec Rome, les communautés gréco-catholiques peuvent être perçues comme ayant en quelque sorte “trahi” la communion avec les orthodoxes. Or, cette perception est erronée, rectifie le vicaire général pour l’ordinariat des catholiques orientaux de France. Certaines de ces communautés n’avaient “pas totalement” choisi entre Rome et Constantinople, illustre-t-il. La communion avec le Saint-Siège n’est pas un simple “départ” de l’orthodoxie, malgré le discours parfois ainsi entretenu. De même, la période communiste a créé des divisions : quand les Eglises orientales n’ont pas entièrement disparu, elles ont parfois été spoliées de certains biens au profit des Eglises orthodoxes. Malgré la parenté, demeurent donc des discordes.

Audience à venir avec le pape François Le 14 septembre

le pape François recevra en audience au Vatican ces évêques catholiques des Eglises orientales. Le chef de l’Eglise catholique pourrait profiter de ce moment pour souligner que les diasporas de catholiques orientaux sont une véritable “chance” pour l’Europe, estime Mgr Gollnisch. Le pontife pourrait montrer que la “communion” entre catholiques latins et catholiques orientaux devrait pouvoir permettre des “avancées” sur le plan œcuménique avec les orthodoxes, indique-t-il. En effet, alors qu’il existe un certain nombre de “forces de division”, politiques ou économiques, une inquiétude grandit en ce moment sur le continent européen. D’autant qu’il y a également des forces “religieuses” de division, pointe le prêtre français : par exemple le conflit entre Constantinople et Moscou. Les “éléments de communion” sont par conséquent “à regarder avec soin”.

Concrètement, en France, estime-t-il, un certain nombre de prêtres catholiques orientaux pourraient rejoindre les équipes diocésaines ou nationales en charge des relations avec les orthodoxes. Outre le cardinal Angelo Bagnasco, président du CCEE, figure à la réunion des évêques catholiques des Eglises Orientales d’Europe le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation des Eglises orientales. Participent aussi le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité, et Mgr Sviatoslav Shevchuk, primat de l’Eglise gréco-catholique ukrainienne.”

 

Source : i.media