• Actualités

L’Œuvre d’Orient a interrogé des évêques, des prêtres, des religieux, des laïcs engagés du Moyen-Orient

    • P Sidhom, Jésuite du Caire (Égypte) : Ma 1ère attente est de souligner la nécessite de l’engagement des catholiques dans la construction de leurs pays au Moyent Orient, quels que soient les douleurs ou les echecs qu’ils doivent affronter. De cette façon, ils temoignent que Jesus est vivant et agissant ici et maintenant.

 

  • Mgr Sako, Archevêque chaldéen de Kirkuk, (Irak): Il y a besoin d’un véritable échange entre les deux Églises Orientale et Occidentale. L’une apprend de l’autre!!! Nous sommes les racines du Christianisme et nous avons beaucoup de cœur et de spontanéité. Pour les laïcs, il faut les reconnaitre comme des véritables membres de l’Église, voire des partenaires, et profiter de leurs charismes pour le bien de l’Église. Il y trop de cléricalisme.

 

  • Père Victor Assouad, Provincial des Jésuites pour le Moyen-Orient : la visite du pape Benoit 16 doit adresser un message fort à l’Islam, lui rappelant que ce n’est que face à l’altérité que tout groupe humain émerge à sa propre identité. Les musulmans doivent considérer la présence de leurs voisins chrétiens parmi eux comme l’occasion d’une ouverture et d’une richesse.

 

  • Mgr Samir Nassar, Archevêque maronite de Damas (Syrie) : Nos fidèles minoritaires et fragilisés par la guerre, la violence, l’exode et la crise sociale cherchent dans l’Exhortation Apostolique des nouveaux horizons et une Espérance Nouvelle pour redéfinir leur témoignage et consolider leur résistance biblique et projets missionnaires d’avenir.

 

  • Mgr Kassarji, Evêque chaldéen de Beyrouth, (Liban):Une question tourne dans ma tête : Qu’est-ce que le Christ nous dirait, à nous le clergé de ces Églises orientales, s’il venait demain ? Une question à laquelle nous devrions tous répondre et je ne sais pas si nous en serions capables et qu’elle serait la réponse…

 

 

  • Mgr Casmoussa, Dominicain, ancien archevêque de Mossoul, (Irak) : Les laïcs engagés qui travaillent avec moi attendent que ce soit un soutien pour le Liban dans le contexte difficile qu’il traverse, et une confirmation pour le rôle des Chrétiens libanais, à ne pas avoir peur et à braver l’avenir. Les jeunes espèrent que l’exhortation leur donne un rôle de plus en plus actif dans la vie de l’Église

 

  • Père Fadi Daou, Prêtre maronite, (Liban) : L’exhortation apostolique pour le Moyen-Orient, qui sera signée par sa sainteté le Pape Benoit XVI, le soir du 14 septembre, fête de la croix glorieuse, à la basilique Saint Paul – Harissa au Liban, est attendue non seulement par les chrétiens mais aussi par leurs concitoyens musulmans. Tous sont en effet attentifs à tout ce qui peut consolider la présence chrétienne au Moyen-Orient et promouvoir le rôle des chrétiens dans la phase cruciale que traversent actuellement ces pays

 

  • Mgr Y Souief, Archevêque de Chypre des maronites (Chypre) : Au niveau du témoignage, c’est le moment de renouveler le zèle missionnaire dans nos églises au Moyen Orient, surtout qu’on se prépare au synode de la nouvelle évangélisation, pour redécouvrir les nouveaux moyens avec lesquels on va propager notre foi en Jésus Christ ressuscité d’entre les morts et qui nous a donné par sa mort la vie éternelle. C’est la réponse à la recherche de chaque personne humaine qui voudrait vivre dans la vérité de l’amour de Dieu.

 

 

 

  • Mgr Cyrille Bustros est l’évêque grec-melkite de Beyrouth. Il a été président de la commission du message du Synode des évêques sur le Moyen-Orient (2010) et est membre des conseils spéciaux pour le Liban et pour le Moyen-Orient du Synode des évêques “J’attends d’entendre la vision claire du Pape sur la vue du Vatican concernant la solution du conflit Israélo-palestinien

 

  • Mgr Georges Bakouni sur la visite du Pape au Liban. Mgr Georges Bacouni, est Evêque Melkite de Tyr, depuis 2005. Il était intervenu lors du synode pour le Moyen Orient sur l’importance du rôle des laïcs dans l’évangélisation et la catéchèse des fidèles.