Carême 2021

Chrétiens d’Orient : leur avenir dépend de votre soutien

Ne les abandonnez pas !



JE FAIS UN DON
image de header
  • Accueil
  • VOYAGE DU PAPE FRANÇOIS EN IRAK DU 5 AU 8 MARS 2021

VOYAGE DU PAPE FRANÇOIS EN IRAK DU 5 AU 8 MARS 2021

Les enjeux du voyage du pape

« Cette année le pape est bien décidé à venir en Irak . Il vient avec beaucoup d’enthousiasme. L’Irak est une terre importante car elle est le berceau de la civilisation ancienne, et aussi parce que les chrétiens y ont beaucoup souffert […]

Pour nous, cette visite est très importante car le pape adresse un message aux chrétiens et aux irakiens. Le dialogue inter-religieux, le rôle des religions pour accéder à la paix sont essentiels. Avec le gouvernement irakien il va évoquer les valeurs comme la justice, la fraternité et la paix.

Le pape vient voir l’Eglise d’Orient car c’est l’Eglise la plus ancienne. Avec tout ce qu’elle a vécu, la persécution, l’exil, la marginalisation, elle est un témoignage et un don pour tous les chrétiens. »

Le patriarche chaldéen Louis Raphaël Sako lors de la conférence de presse du voyage du pape en Irak le 21/01/2021.


« Cette annonce du voyage du pape en Irak nous a bouleversés. Ce voyage sera une lumière pour les chrétiens d’Irak, pour l’Irak toute entier et plus globalement pour tout le Moyen-Orient. »

Mgr Pascal Gollnisch lors de la conférence de presse du voyage du pape en Irak le 21/01/2021.

Le programme du voyage

La première journée du Pape

Le vendredi 5 mars 2021, le Pape arrivera à Bagdad et sera reçu par le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi. Il rejoindra tout de suite après le palais présidentiel pour une cérémonie officielle de bienvenue. Elle sera suivie d’un entretien de courtoisie avec le président de la République irakienne, Barham Salih. Puis se tiendra, toujours au palais présidentiel, une rencontre avec les autorités, la société civile et le corps diplomatique irakien.


Cette journée se terminera par une seconde rencontre importante : celle avec les évêques, prêtres, religieux et séminaristes du pays, en la cathédrale syro-catholique Notre-Dame-de-l’Intercession de Bagdad. C’est dans cette même cathédrale qu’a eu lieu un attentat djihadiste en octobre 2010.

Rencontre avec l’ayatollah Sistani 

Le samedi 6 mars, le Pape se rendra à Nadjaf, au sud de la capitale pour un échange inédit avec le Grand Ayatollah Ali Sistani, la plus haute autorité musulmane chiite en Irak, avant de participer à une rencontre interreligieuse à Ur au milieu des «plaines d’Abraham». En fin de journée, il retournera à Bagdad pour une messe avec le clergé chaldéen en la cathédrale latine Saint-Joseph.


Dimanche 7 mars, le Pape ira à Erbil, à Mossoul et à Qaraqosh dans la plaine de Ninive à la rencontre des communautés chrétiennes durement éprouvées par Daech. Avant son retour pour Rome, lundi 8 mars, François célébrera une dernière messe à Erbil en fin de journée dimanche.


Le programme détaillé du voyage du Pape en Irak a été officialisé par la Salle de presse du Saint-Siège. Vous pouvez le retrouver en cliquant ici.

Comment vivre cet évènement ?

→ Pour que la visite du pape François puisse avoir lieu en mars prochain, S.B Louis-Raphaël Sako, propose une prière à réciter lors des messes dominicales. Retrouvez cette prière ici.

→ Ce voyage est placé sous le signe de la fraternité. Retrouvez le message du pape à l’occasion de la journée internationale de la fraternité humaine. Cliquez ici.

→ Participez à notre conférence sur les chrétiens d’Irak en cliquant ici.

L’Irak et les chrétiens d’Orient

La religion prédominante en Irak est l’islam avec 62 % de chiites et 37 % de sunnites. Les chrétiens représentent moins de 2 % de la population ; 2/3 catholiques (principalement chaldéens, syriaques), 1/3 orthodoxe, et des assyriens. Des minorités yézidies et  sabéennes-mandéennes sont également présentes. Les chrétiens vivent dans ce pays depuis 2000 ans. Avant 2003, l’Irak comptait l’une des plus importantes communautés chrétiennes au Moyen-Orient. 80 % de la population chrétienne a fui le pays depuis 1990. Le patriarche chaldéen (responsable de toute la communauté chaldéenne présente dans le monde) est Sa Béatitude Louis Raphaël Sako. Il réside à Bagdad.


Histoire

Les chrétiens d’Irak sont les héritiers d’une implantation religieuse très ancienne, antérieure à la naissance de l’islam au VIIe siècle. Ces chrétiens, dans leur quasi totalité, sont les descendants de populations qui vivaient en Mésopotamie avant l’ère chrétienne. L’Église chaldéenne a été fondée à Babylone par Saint Thomas et ses disciples. Ils évangélisèrent des païens et des juifs exilés. Elle s’appelle alors Église de l’Orient. Cette Église, séparée depuis le concile d’Éphèse en 431, rentre dans le giron de l’ Église catholique en 1553. L’Église assyrienne reste séparée. En 1932, les chrétiens représentaient 20 % de la population À partir des années 80, le pays a connu une première vague de départs, la population chrétienne n’est plus que de 10 %. Depuis l’intervention américaine, la population n’a fait que diminuer : En 2005, on comptait encore 5 % de chrétiens. En 2007, il n’en reste que 3 %. En 2008, il ne serait plus que 2 %. Aujourd’hui, selon les dernières estimations, il resterait 400 000 chrétiens en irak.

Les différentes Eglises présentes en Irak

L'Eglise chaldéenne d'Irak

L'Église catholique chaldéenne, Église chaldéenne catholique est une des Églises catholiques orientales de tradition syriaque. Le chef de l'Église porte le titre de Catholicos-Patriarche de Babylone des Chaldéens, avec résidence à Bagdad en Irak. Le titulaire actuel est le patriarche Louis Raphaël Ier Sako, élu le 31 janvier 2013

L'Eglise Syriaque catholique d'Irak

L'Église syriaque catholique, ou Église catholique syriaque ou Église syrienne, est une des Églises catholiques orientales. Le chef de l'Église porte le titre de patriarche d'Antioche et de tout l'Orient des Syriens, avec résidence à Beyrouth au Liban (titulaire actuel : Ignace Joseph III Younan depuis le 21 janvier 2009, le pape Benoît XVI lui accorde la communion ecclésiastique le 22 janvier 2001).

L'Eglise Syriaque orthodoxe d'Irak

L'Église syriaque orthodoxe est une Église orientale autocéphale. Elle fait partie de l'ensemble des Églises des trois conciles. Le chef de l'Église, actuellement Ignace Ephrem II Karim, porte le titre de Patriarche d'Antioche et de tout l'Orient, avec résidence à Damas. Elle tire son surnom de « jacobite » du nom d'un de ses fondateurs, Jacques Baradée.

L'Eglise Assyrienne d'Irak

L'Église apostolique assyrienne de l'Orient ou Sainte Église apostolique assyrienne de l'Orient est une Église autocéphale de tradition syriaque orientale. Elle fait partie de l'ensemble des Églises des deux conciles, héritière directe de l'Église de l'Orient. Le chef de l'Église porte le titre de Catholicos-Patriarche de la Sainte Église Apostolique Assyrienne de l'Orient, avec résidence à Erbil au Kurdistan (Irak).

#CaremeFraternel

Suivez le voyage sur Facebook : Oeuvre Orient

Et sur les autres réseaux de l’Œuvre d’Orient