• Mission

Le volontariat humanitaire

Le volontariat humanitaire

En quoi consiste le volontariat international ?

L’Œuvre d’Orient envoie des volontaires en mission pour aider très concrètement les communautés chrétiennes d’Orient au cœur même de leur action. Elle prolonge ainsi par une la présence humaine de jeunes, son soutien financier historique et l’amitié qu’elle entretient avec ces communautés depuis plus de 160 ans. Les volontaires répondent avec générosité à des besoins exprimés par les partenaires locaux : paroisses, communautés religieuses orientales et latines, associations. L’Œuvre d’Orient envoie les volontaires dans différents pays du Moyen-Orient : en Arménie, en Egypte, en Ethiopie, en Grèce, en Inde, en Irak, en Roumanie et en en Terre Sainte. Le volontariat humanitaire au sein de l’Œuvre d’Orient implique des actions en faveur de :

  • L’Éducation et l’enseignement par l’intervention dans des crèches, des écoles primaires et secondaires, etc.
  • Le Soins et action sociale apporté aux enfants, aux personnes âgées ou porteuses de handicap, aux personnes réfugiées, aux orphelins, l’aide aux migrants et aux réfugiés etc.
  • L’aide ponctuelle qui répond aux besoins d’une communauté dans un domaine spécifique comme la conduite de travaux ou de projets, la communication, le soutien administratif, etc.

L’Œuvre d’Orient n’étant pas directement opérateur sur place, ces missions ne sont pas assimilables à des missions humanitaires d’urgence.

Mission humanitaire au Moyen-Orient : pourquoi partir au service des chrétiens d’Orient ?

Effectuer une mission de volontariat humanitaire à l’Œuvre d’Orient est à la croisée entre une démarche chrétienne et une démarche citoyenne, au service de l’Eglise et de l’ensemble des communautés religieuses, quelle que soit leur confession. Les volontaires sont intégrés à une communauté religieuse dans les pays où l’identité sociale et la religion sont intimement liées. Quels que soient leurs chemins de foi, ils sont confrontés à d’autres pratiques religieuses, ils vivent une expérience spirituelle riche. L’Église et l’État sont en France bien distincts, le volontariat en Église ne doit toutefois pas être opposé à une démarche citoyenne. Le volontariat auprès des chrétiens d’Orient peut être l’occasion de redécouvrir ce que l’égalité devant la loi a de précieux, ce que la liberté d’expression a de primordial, ce que la véritable fraternité signifie, ce que la mixité apporte.

Le volontariat pour des missions humanitaires au Moyen-Orient est également l’occasion de goûter à la complexité de cette région. Il s’agit de rejoindre les personnes rencontrées dans ce qu’elles vivent, sans imposer sa vision du monde, ni ses méthodes, d’être curieux et à l’écoute sans entrer dans des considérations politiques locales ou françaises. Ce que l’on découvre de chaque personne rencontrée doit servir avant tout à mieux comprendre – et cela demande du temps – avant de comparer.

« Découverte du volontariat à l’international, une aventure humaine souvent vécue comme une expérience spirituelle par les jeunes qui partent en mission. » Philippe Alquier, responsable du pôle jeune de L’Œuvre d’Orient.

Témoignages des volontaires au cœur de leur mission.

Charlotte au service des plus pauvres en Arménie.

Dans le domaine du soin et de l’action sociale, Charlotte, 22 ans, étudiante en master à l’ESSCA est en Arménie, pendant 6 mois, avec l’association Caritas Armenia Day Elderly Center où elle dédie une grande partie de son temps à accompagner les personnes en situation de précarité.

« Je m’occupe de cinquante personnes âgées, assez pauvres, qui viennent passer la journée au centre Caritas de Gyumri. Grâce à ce centre, ces personnes mangeant à leur faim, sont au chaud et ne sont plus isolées. Nous jouons aux cartes, dansons et organisons des ateliers tels que la fabrication de chaussons destinés à être vendus par la suite, ils sont faits de laine de mouton, d’eau et de savon. J’aide également les cuisinières lors de la préparation et du service du repas. Toutes ces personnes sont très attachantes. J’ai l’impression de leur transmettre la Joie, et elles beaucoup d’Amour !

[…] Une autre partie de ma mission, sûrement la plus dure mais très belle, est d’aller rendre visite à des personnes âgées vivant dans les « domiks ». En effet, à la suite du tremblement de terre de 1988, beaucoup de personnes ont été déplacées pour une durée initiale de 2 ans dans ces sortes de baraquements (domiks) faisant bidonvilles. Cela fait maintenant plus de 30 ans qu’elles y sont car l’Arménie n’a malheureusement pas les moyens de reconstruire les maisons détruites. Nous leur apportons des sacs de provisions avec de la nourriture et des kits d’hygiène. Je suis chaque fois, touchée par l’accueil chaleureux que ces personnes me réservent alors qu’elles n’ont quasiment rien. Elles vivent dans des conditions très difficiles, leur maison est à peine chauffée, faute de moyens. J’apprend ensuite que l’électricité et le chauffage sont financés grâce aux dons fait à Caritas ! »

Gauthier et Constance chez les Frères de Saint Jean en Ethiopie.

Gauthier et Constance, couple de jeunes de mariés ont décidé de consacrer leur première année de mariage à une mission humanitaire en Ethiopie à Addis-Abeba chez les Frères de la communauté de Saint-Jean. Leurs missions, très variées leur permettent d’agir dans différents domaines et ainsi de servir au mieux les besoins de la communauté : dispense de cours de français et d’anglais, traductions d’archives, montage de projets de financement pour des communautés, organisation et animation de camps pour des jeunes et nous voilà maintenant en charge du chantier de la chapelle.

« Nous avons dû trouver aussi chacun notre rôle dans cette mission et ce lieu selon nos appétences et capacités. Gauthier s’occupe du quotidien du chantier, il anticipe et résout tous les problèmes, il passe beaucoup de temps sur le terrain. Constance a plus de responsabilité du côté de la vie du prieuré : organisation des camps, vie quotidienne, ateliers … Elle aide aussi les frères pour l’aspect esthétique de la chapelle, la croix sur le toit, les meubles et peintures, agencement … Nous avons des rôles très complémentaires dans la vie du prieuré, ce qui nous permet de travailler ensemble, sans se marcher constamment sur les pieds, et donc travailler sereinement avec les frères. »

Claire, professeur au collège des sœurs Antonines à Roumieh au Liban.

Claire est étudiante en droit, elle s’est mise pendant 1 an, au service des sœurs Antonines dans leurs mission éducative à Roumieh au Liban. Elle dispense des cours de français et d’anglais à des enfants scolarisé du CP à la quatrième. Différentes activités sont dispensées en fonction des classes. En primaire sont organisées des activités orales en français. En sixième et cinquième, un projet d’année est de monter une comédie musicale autour de la mythologie grecque. Les élèves ont donc pu être initiés aux grands mythes (Œdipe, Thésée et le Minotaure, Prométhée…) et aux dieux grecs. En quatrième, sont dispensés des cours d’histoire de l’art afin d’apprendre aux élèves à différencier les grands mouvements artistiques. Claire a également pu faire le suivi individuel d’un jeune garçon dyslexique de 14 ans, Charbel, qui a besoin d’un soutien plus pousser, en lui consacrant de nombreuses heures notamment pour améliorer son français.

“Les sœurs et les professeurs se battent pour donner aux élèves la meilleure éducation possible.”