• Actualités

[ARMÉNIE] Témoignage de Charlotte : "Ce peuple me fascine chaque fois par sa profonde bienveillance et son hospitalité."

Charlotte est en Arménie depuis février, elle vient en aide aux personnes âgées au centre Caritas Armenia Day Elederly center de Gyumri.


La commémoration du génocide arménien

Le 24 avril, c’est le jour de commémoration du génocide arménien. C’est un jour férié durant lequel des milliers d’ Arméniens viennent se recueillir au mémorial. Chacun dépose une fleur autour de la flamme éternelle. Impressionnant d’en voir autant !

Le 23 au soir, une marche aux flambeaux est organisée. Nous traversons Erevan en partant de l’Opéra pour rejoindre le mémorial situé sur une colline qui domine tout Erevan. La vue est incroyable, on aperçoit même le Mont Ararat à l’horizon ! Ce mémorial a été construit en 1968 en mémoire à toutes les victimes du génocide qui a frappé les arméniens à partir de 1915.

Un recueillement douloureux

Nous emmenons les personnes âgées du centre se recueillir dans un cimetière proche de Gyumri. Un grand nombre de soldats morts en novembre dernier y reposent aujourd’hui. Leurs tombes sont signalées par un drapeau arménien. C’est toujours douloureux lorsque nous empruntons cette route de voir autant de drapeaux flotter au vent. C’est un moment bouleversant. Plusieurs des personnes âgées qui m’accompagnent insistent pour me montrer, effondrées, la tombe de leur petit-fils à peine âgé d’une vingtaine d’années.

Cette journée me fait prendre conscience de la réalité douloureuse dans laquelle vivent les arméniens encore aujourd’hui : génocides, tremblement de terre puis guerres, ce peuple n’est malheureusement jamais en paix…

Une journée au centre de Tashir

Avec Tigranuhi et Armenuhi, deux salariés de l’équipe Caritas, nous partons une journée au centre de Tashir. Cette ville est située à 2h30 au Nord de Gyumri, proche de la frontière géorgienne. Nous allons rendre visite à ce centre Caritas qui accueille une cinquantaine de personnes âgées à la journée. C’est le même fonctionnement que le centre de Gyumri dans lequel j’effectue ma mission. Nous déjeunons avec l’équipe des salariés et les cuisinières puis nous passons du temps auprès des personnes âgées. Lorsque nous repartons, nous croisons une chorale d’enfants s’apprêtant à chanter.

La visite  des musées

Le 18 mai, c’est la journée des musées gratuits. Nous en profitons pour y emmener les personnes âgées qui peuvent encore se déplacer sans trop de difficultés. Je suis impressionnée par leur tonicité ! Les musées ne sont pas tout proches et nous restons debout assez longtemps. Par moment, j’ai l’impression d’encadrer un groupe d’enfants. Dès qu’on ne les regarde plus, les bêtises commencent : en me retournant, je vois l’une des personnes âgées très naturellement assise sur une chaise, mais pas n’importe quelle chaise… Une chaise d’époque mise en exposition dans le musée. Vous l’aurez compris, à son grand regret, elle ne profitera que quelques instants de cette superbe chaise, jusqu’à ce qu’un gardien vienne gentiment la déloger.

La vie au centre

Au centre, les personnes âgées sont bien occupées entre la fabrication de chaussons, les échecs, le tricot pour certains, les puzzles de plus de 1000 pièces, les jeux de cartes, les concours de dessins, le loto où ils misent réellement de l’argent (je vous rassure, l’équivalent d’un quart de centime par manche), sans oublier bien sûr le temps passé sur le dance floor ! Je suis d’ailleurs chaque fois admiratrice devant tant de dynamisme pour danser à leur âge. Un prêtre vient une fois par semaine pour célébrer la messe et ils ont également la chance de se faire couper les cheveux par une coiffeuse qui vient ponctuellement au centre. Pour ma part, je continue ma mission qui se passe toujours aussi bien en passant du salon où je joue et danse avec les personnes âgées, à la cuisine pour aider les cuisinières, et à la salle à manger pour le service des repas. La journée est bien rythmée ! Je continue également certaines matinées à rendre visite et à apporter les dons de provisions dans les Domiks (sorte de bidonvilles).

Excursion à Garni et Gherart

Le jour de l’excursion que nous préparons depuis plusieurs semaines est arrivé ! Nous emmenons les personnes âgées à 3 heures de Gyumri, en camionnette, pour visiter deux lieux incontournables en Arménie : le temple de Garni, datant du Ier siècle et le monastère de Gherart fondé au XIIIe siècle.

Le week-end, avec d’autres volontaires, nous profitons de notre temps libre pour partir à la découverte de l’Arménie. Cela nous permet de faire une vraie coupure dans notre mission et de refaire le plein d’énergie pour la semaine suivante. Ces belles escapades nous permettent d’aller à la rencontre des Arméniens et de découvrir les coutumes en fonction de leurs régions. N’ayant pas beaucoup d’étrangers sur leur territoire, ils sont souvent impressionnés par le fait que nous démarrions la conversation en arménien, ce qui rend l’échange souvent bien amusant. Ce peuple me fascine chaque fois par sa profonde bienveillance et son hospitalité. Je ne m’attendais pas à une telle variété de paysages dans un si petit pays. Les régions sont très différentes avec chaque fois des paysages qui font rêver ! A défaut de ne pas avoir de mer, les Arméniens disposent de plusieurs lacs dans lesquels ils se baignent. Leur lac Sevan (1 242 km²) est considéré comme une véritable “Mer intérieure”.

 

Image en bandeau : © Chris Huby – Le Pictorium.