• Catholique

L'Église gréco-catholique d'Ukraine

Historique

En 1596, l’acte d’union de Brest-Litovsk établit la communion des diocèses d’Ukraine avec Rome tout en confirmant leur liturgie, leurs rites et leurs coutumes. C’est la fondation officielle de l’Église gréco-catholique d’Ukraine.

Le Métropolite de Lviv, Andrey Sheptysky, grand précurseur du mouvement  œcuménique, est emprisonné par les Russes de 1914 à 1917. Son successeur, S.B.E. le cardinal Josyf Slipyj et tous les évêques ukrainiens sont arrêtés en 1945.

En 1946, un pseudo-synode convoqué par Staline, auquel ne participe aucun évêque catholique, prononce la liquidation de l’Église gréco-catholique. 3000 églises et 150 monastères sont confisqués ; ses évêques, prêtres et fidèles sont condamnés à l’exil ou à la clandestinité.

En 1963, l’URSS expulse le cardinal Josyf Slipyj.

À partir de 1980, Jean-Paul II réunit à Rome les évêques ukrainiens, orthodoxes et catholiques, malgré la protestation du patriarcat moscovite (l’Ukraine lui fournit 90 % de ses séminaristes et la majeure partie de ses revenus).

En 1991, S.B. le cardinal Myroslav Lubachivsky, archevêque majeur, rentre en Ukraine. La cathédrale de Lviv est rendue aux gréco-catholiques ainsi que 900 des églises attribuées par Staline aux orthodoxes ou fermées.

Le 21 août 2005, le siège est officiellement transféré de Lviv à Kiev, la capitale.

L’Église compte environ 8 millions de fidèles en Ukraine et en diaspora.