• Education

[LIBAN] Sauver les écoles chrétiennes

"Le Liban ne pourra pas se relever sans sauver les écoles chrétiennes, qui risquent aujourd’hui la faillite. Elles sont le lieu de la vie sociale entre toutes les communautés religieuses, une expérience unique au Moyen-Orient : un lieu de citoyenneté, le meilleur rempart contre tous les fanatismes." Mgr Pascal Gollnisch, Directeur général de L’Œuvre d’Orient
Le Liban vit depuis 2 ans une des pires crises de son histoire. Politique, économique, financière, sociale et sanitaire, elle s’est maintenant aggravée en véritable crise humanitaire. Avec la dévaluation de la monnaie et l’augmentation du coût de la vie, 75% de la population libanaise vit aujourd’hui sous le seuil de pauvreté.  Après l’effondrement du système économique et financier, des milliers d’entreprises ont fait faillite, et toutes les infrastructures s’écroulent. Le taux de chômage avoisine les 60 %. Depuis l’été 2021, l’électricité n’est plus disponible que quelques heures par jour.
L’année scolaire 2021-2022 menacée par la fermeture des écoles. En 2020, l’opération d’urgence lancée par L’Œuvre d’Orient a permis de soutenir 115 écoles chrétiennes en grande difficulté financière. Une année plus tard, la situation économique des écoles a empiré avec la crise libanaise : toutes les écoles sont menacées de fermeture. Sans les subventions de l’Etat et sans le paiement des frais de scolarité par les familles appauvries, les écoles chrétiennes sont incapables de payer les salaires des professeurs et les frais de fonctionnement. Elles sont pourtant un pilier de l’excellence de l’enseignement libanais et un vecteur de paix essentiel dans le pays, accueillant des élèves sans distinction d’appartenance religieuse.

Depuis la pandémie, plus de la moitié des enfants au Liban ne sont plus scolarisés

Depuis octobre 2019, l’effondrement de la monnaie, la double explosion au port de Beyrouth (4 août 2020) et les mesures de confinement pour lutter contre la Covid-19 ont provoqué un décrochage scolaire massif. Depuis deux ans, plus de la moitié des enfants n’ont plus été scolarisés et sont confrontés à un risque réel de ne jamais retourner à l’école. Il est urgent de poursuivre l’aide pour éviter une catastrophe éducative et afin que la jeunesse soit formée pour affronter le défi du redressement qui l’attend.

Référence projet : Z09A