• Actualités

"Votre confiance nous a permis d'aider environs 800 personnes vulnérables" lettre du Père libanais Abdo Raad

En lien continu avec les religieux et communautés que nous aidons, nous avons reçu ce message du père Abdo Raad, représentant de l’association Annas Linnas, association libanaise de protection des populations vulnérables libanaises et réfugiées au Liban.

 

“La mission de l’Œuvre d’Orient reste un magnifique témoignage d’Emmanuel (Jésus parmi nous).

En tant que représentant de l’Association Annas Linnas, je tiens à remercier de tout cœur l’Œuvre d’Orient qui nous a soutenu dans les instants les plus pénibles de la crise syrienne.

Nombre de syriens ont en effet trouvé refuge au Liban et ont dû faire face à des conditions de vie parfois extrêmement difficiles. La plupart vivent dans des camps ou dans des maisons abandonnées, ne trouvent pas de travail, n’ont pas d’argent pour subvenir aux besoins de leur famille, et s’efforcent de survivre lors des hivers particulièrement froids au Liban. 500 000 d’entre eux sont des enfants, et la moitié ne sont toujours pas scolarisés car les écoles publiques n’ont plus de place pour les accueillir. Il s’agit d’une catastrophe humanitaire à laquelle Annas Linnas se devait de réagir. Tous nos bénévoles ont décidé d’apporter leur soutien à ces populations démunies, mais c’est grâce à l’aide financière apportée par l’Œuvre d’Orient que nous avons pu leur offrir un véritable soutien.

 

Plusieurs projets étaient soutenus grâce à l’aide financière de l’Œuvre d’Orient :

 

1) “La Maison de la Charité”, centre éducatif à Naameh, une ville située à 15 Km au sud de Beyrouth, a pu accueillir pas moins de 280 enfants réfugiés syriens déscolarisés. Ils ont pu poursuivre la scolarisation, ont retrouvé un lieu sécurisé où ils peuvent apprendre, jouer et grandir en toute quiétude. Les professeurs, libanais et syriens, chrétiens et musulmans, suivent les jeunes bénévolement et sont très impliqués dans leur développement personnel. Certains ont subi les affres de la guerre, ont été témoins de violences inacceptables et restent traumatisés par ces scènes d’une insoutenable intensité. Il s’agit donc de tenter d’apaiser ces âmes meurtries dans leur plus tendre enfance et toute l’équipe enseignante et administrative s’y emploi avec brio. L’accueil des enfants dans ce centre évite également la traite et l’exploitation. Malheureusement, ce centre ne pourra rester ouvert qu’avec une aide financière régulière et la rentrée scolaire d’octobre reste incertaine. L’association Annas Linnas met toute en œuvre pour aider la Maison de la Charité. Cependant, les fonds manquent encore.

 

2) l’aide versée aux populations vivant dans les camps de réfugiés connus par Annas Linnas, leur a permis de construire ou de reconstruire les abris nécessaires à l’accueil de nouvelles familles, mais aussi d’acheter des vivres, des combustibles et des habits pour préparer l’hiver. Les hivers libanais étant extrêmement rudes, les populations pauvres souffrent du froid et les abris faits de matériaux de récupération ne suffisent pas à les protéger et les coupons du UNHCR ne sont pas assez importantes pour subvenir aux besoins de toutes ces personnes.

 

3) Le reste des dons a permis d’offrir un chauffage à l’École de la Charité à Kfarnabrakh. La somme versée à cette école a permis l’installation du chauffage dans toutes les classes. Les élèves n’arrivaient pas à se concentrer alors que le froid les tiraillait et finissaient par abandonner l’école. Ce chauffage a donc donné l’occasion à l’école de scolariser bon nombre de ces enfants durant l’année scolaire 2017-2018.

 

 

           

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est donc avec une immense gratitude que je vous écris aujourd’hui : la confiance que vous avez placée en nous nous a permis d’aider environs 800 personnes vulnérables en leur apportant les biens nécessaires à la survie mais également en offrant aux enfants une scolarisation sécurisée. Cependant, je souhaite rappeler que cette abominable situation continue et que, malgré un début de retour précaire et critique des réfugiés, plus d’un million de personnes syriennes vivent encore au Liban dans d’ignobles conditions.

Nous souhaitons donc que l’action se poursuive et qu’aux côtés de l’Œuvre d’Orient, Annas Linnas puisse persévérer dans ses activités bienfaitrices, en apportant l’aide nécessaire aux structures qui accueillent et protègent les populations vulnérables et désœuvrées, victimes des guerres qui déchirent notre monde.”

 

Que le Seigneur Jésus Christ envoie son Esprit dans ce monde pour le remplir de nouveau de joie et de paix”.

 

+ Abdo Raad  10-9-2018